Chaque début d’année, les questions sur les ‘bonnes résolutions’ ou actions à entreprendre pleuvent.

Et en fin d’année lors des bilans, les mêmes ‘bonnes résolutions’ sont souvent reportées à l’année suivante. Puis encore à l’année d’après. Faute de temps. Ou plutôt, faute de prendre le temps.

Que les résolutions se posent donc en actes et dépassent l’état de concept.

Passons donc à l’action. Mais soyons vigilants.

Le faire prédomine plus que l’être. Trop souvent dans nos vies, occupent une grande place le ‘speed’, les ‘dépêche-toi’, le fait d’être souvent en retard, etc. Avec l’état de stress que cela engendre chez ceux qui le vivent, le disent et l’entendent.

On se laisse souvent déborder.

On s’étourdit d’une overdose d’actions ou de bruit. Trop de travail, trop de sport, trop de mondanités, trop d’activités. Nous et les enfants que nous entraînons fréquemment dans cet engrenage.

On s’autorise donc à être speedé, à s’étourdir.

S’étourdir a une fonction particulière : beaucoup faire pour ne plus prendre le temps d’être ?

Trop faire pour ne plus prendre le temps de penser ?

Et souvent dans l’urgence, rajoutant une dose de stress.

Le silence n’a que peu ou plus de place.

Or, le silence est précieux.

Selon David Le Breton, sociologue, le silence « nous offre cette possibilité extraordinaire de renouer avec notre intériorité. Quand le silence se fait peu à peu autour de vous et en vous, alors commence à émerger notre être intérieur, avec ses voix et sa vie propre. Le silence […] vous donne le goût, lenvie profonde de se retrouver en paix. Avec soi-même, et donc avec le monde qui nous entoure » (2009).

Je nous souhaite cette année, de prendre le temps.

Prendre le temps avec ce que nous sommes et dans ce que nous faisons.

En pleine conscience de notre ressenti, de nos pensées et de nos besoins fondamentaux trop souvent enfouis.

Il est essentiel de se connecter à soi.

Apprendre à être présent à nous et dans nos actes.

Pour cela, il s’agit d’abord de s’arrêter. Là, tout de suite. Ou en plein tumulte d’émotions. S’arrêter et respirer.

Etre à l’intérieur de nous. Se connecter à nos sensations. A notre ressenti. Prendre conscience de ce qui se passe dans notre corps.

« Etre présent, vraiment présent, calme nos esprits bouillonnants. Nos questions incessantes, nos inquiétudes sans fond, nos constructions anxieuses du futur » selon Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne et psychothérapeute, en 2014. Etre présent, c’est aussi « se sentir relié à ce que nous vivons. C’est se sentir touché, au sens propre, par ce qui est là. En nous, autour de nous ».

Je nous souhaite aussi de prendre le temps de contempler la nature, de nous en imprégner.

Prendre le temps d’accueillir la tendresse, l’affection, l’amour.

Prendre le temps avec des personnes qui nous sont proches.

Prendre le temps de nous faire plaisir.

Prendre le temps de prendre soin de nous.

Eviter d’optimiser notre temps et de le combler, mais le prendre.

La méditation en pleine conscience ou mindfulness selon Jon Kabat-Zinn, docteur en biologie moléculaire et professeur de médecine émérite à l’Université de Massachussetts, est « la conscience qui émerge, instant après instant, quand on porte intentionnellement son attention sur le moment présent, de façon soutenue, sans filtre et sans jugement ».

Les bénéfices du mindfulness sont nombreux, selon plusieurs recherches : activation des zones des émotions positives dans le cerveau, amélioration des capacités cognitives et attentionnelles, de la mémoire. Amélioration du système immunitaire, effet positif sur l’hypertension ou la douleur, etc.

Bénéficions-en tous !

Se connecter à soi permet aussi, dans un autre temps, de mieux se connecter à l’autre.

Prenons le temps de nous arrêter.

D’être en pleine conscience dans ce que nous sommes et dans ce que nous faisons.

N’attendons pas d’avoir le temps, prenons-le !

 

Quelques ouvrages pouvant aider:

Siaud-Facchin, J. (2014). Tout est là, juste là. Odile Jacob.

Snel, E. Calme et attentif comme une grenouille. (Méditation pour les enfants de 5 à 10 ans). Les Arènes.

Kabat-Zinn, J & M. (2012). A chaque jour ses prodiges. Etre parent en pleine conscience.

Et de nombreux ouvrages d’Eckhart Tolle.