Le nouveau Managing Director de la State Investment Corporation a fait l’objet d’une question parlementaire, ce 17 avril. Si la question initiale de Veda Baloomoody portait sur le salaire et le parcours de Prem Beejan à la SIC et aux Casinos de Maurice, il est vite apparu que le député mauve souhaitait aborder un autre volet.

Baloomoody a évoqué un «fraudulent act» aux Casinos pour lequel le nouveau no 1 aurait été licencié en 2004 ou 2005. «Il a pris sa retraite de la SIC en 2007», a répliqué Ivan Collendavelloo. A-t-il donné la raison de son licenciement ? a insisté le député de GRNO/Port-Louis Est. Réponse de l’Acting Prime minister : «Il n’a pas été licencié, il a pris sa retraite. (…) Je ne sais pas pourquoi il a démissionné.»

Rajesh Bhagwan prend alors le relais, lui demandant d’enquêter sur des menaces de licenciement du Managing Director contre des employés qui auraient témoigné contre lui. «C’est grave», a alors déclaré Collendavelloo. Ajoutant qu’il s’attend, si cela s’avère, à ce que le personnel porte plainte au ministère du Travail.

Y a-t-il eu quelque action disciplinaire contre Beejan ou une enquête de la Commission anticorruption ou autre ? a alors voulu savoir le Deputy Chief Whip Ravi Rutnah. «Le dossier dit : ‘démissionné’», reprend Collendavelloo. Qui note qu’«il est facile de faire des allégations.» Or, s’il y avait eu fraude, les dirigeants de l’époque auraient fait ce qu’il faut, estime l’Acting Prime minister. Veda Baloomoody insiste cependant : «Regardez son dossier. Qu’il soit démis de ses fonctions.» Cette décision revient au conseil d’administration, rétorque son interlocuteur. «Je ne compte pas m’ingérer», rétorque Collendavelloo.

Joint au téléphone, Prem Beejan n’a pas souhaité faire de commentaire. Préférant s’en tenir aux déclarations du Premier ministre par intérim.

Après son départ de la SIC, Beejan a exercé dans le privé.

Employés suspendus aux Casinos de Maurice : vers la médiation ?

Deux employés des Casinos de Maurice et syndicalistes sont actuellement sous le coup d’une suspension. Cela après une manifestation devant le Parlement quant aux négociations salariales. Le Casino Employees Union, qui avait sollicité le ministère du Travail pour qu’il agisse comme médiateur, a eu une première rencontre hier à la Victoria House.