La police, l’ICAC, la télévision nationale, toutes ses institutions souffrent considérablement depuis l’arrivée de l’Alliance Lepep au pouvoir, selon Paul Bérenger. La situation, «pire que sous Ramgoolam», est largement due à l’interventionnisme de Pravind Jugnauth, Roshi Bhadain et Ravi Yerrigagoo, dit le leader de l’opposition.

Il en veut pour preuve l’impair commis vis-à-vis de sa fonction durant la cérémonie d’intronisation de la présidente Gurib-Fakim ce vendredi. Le même jour, c’est un programme de la MBC consacré à l’affaire BAI qui a, selon Bérenger, démontré que la radiotélévision nationale est « pire que sous Callikan ».

Malgré les tumultes actuels, Paul Bérenger estime que la population prend conscience du fait que le gouvernement n’arrive pas à afficher une performance satisfaisante. C’est fort de ce constat que le MMM fait actuellement campagne pour les municipales. Le chef des mauves annonce d’ailleurs une intensification des activités sur le terrain à une semaine du scrutin du 14 juin.