L’Independent Commission Against Corruption (ICAC) a entendu ce mercredi 12 décembre l’avocat Raouf Gulbul quant aux allégations formulées contre lui devant la Commission d’enquête présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen et par des tierces personnes dans des dépositions devant cette instance. L’ancien candidat malheureux du Mouvement socialiste militant (MSM) aux dernières législatives et qui avait été parachuté dans le fauteuil de président de la Gambling Regulatory Authority (GRA) a été interrogé sur ses biens immobiliers, notamment à l’étranger.

Le conseil légal du Premier ministre dans l’affaire MedPoint s’est expliqué et promis de revenir devant la Commission anti-corruption avec les documents nécessaires. L’ancien magistrat marié une juge de la Cour suprême a été qualifié de «brebis galeuses» par Paul Lam Shang Leen qui le soupçonne de blanchiment et de subornation de témoins dans des affaires de drogue bien qu’aucun élément incriminant n’a été établi contre lui.

Dans son rapport, Paul Lam Shang Leen s’est même laissé aller à se demander si sa nomination à la présidence de la GRA, l’organisme régulateur des jeux de hasard, ne servait pas à favoriser le blanchiment de l’argent sale dans le circuit hippique et les casinos. Raouf Gulbul a, jusqu’à présent, rejeté ces allégations et souligné n’avoir jamais eu l’occasion de contre-interroger les personnes qui ont formulé des accusations contre lui. Il a rappelé que celle de subornation de témoin a déjà fait l’objet d’une enquête par la police criminelle, mais qu’elle n’a pas abouti.