Lui et six de ses proches étaient arrivés dans l’île à bord d’un jet privé, début juin, pour y faire la fiesta en compagnie de Jennifer Lopez, David Guetta et près d’une centaine de « mannequins ». Passeport diplomatique en main, le cheikh était passé par le State Lounge de l’aéroport SSR. Il n’a pas pris la même voie pour rentrer en Arabie Saoudite aujourd’hui. Grave erreur.

En effet, si les procédures de contrôle sont parfois très souples pour les départs via le State Lounge, il en est tout autrement quand on embarque par la voie non diplomatique. Le jeune prince l’a appris à ses dépens aujourd’hui quand les douaniers ont passé ses bagages au rayon X. La surprise des préposés a été de taille en examinant l’un des 60 bagages accompagnant les 15 personnes censées embarquer sur le jet privé. Ils ont, en effet, découvert 3 revolvers et 75 balles dans la valise de l’un des princes.

Mis devant les faits et interrogé par la police et des officiers des douanes, le jeune sheikh a admis que les armes lui appartiennent et qu’il les a en sa possession « for security purposes ». Et d’ajouter qu’il ne comprenait pas pourquoi on en faisait un scandale quand il avait tranquillement pu embarquer avec sur son jet privé pour Maurice, le 2 juin dernier.

L’incident a été traité avec des pincettes par la douane et la police de l’aéroport pour ne pas créer de remous autour de ce VVIP. Les officiers de service ont ainsi rapidement relâché le prince après avoir informé leur hiérarchie de la situation. A l’aéroport, ce type d’incident n’est pas rare quand de riches princes arabes sont en visite dans le pays. Pour ne pas créer d’incident diplomatique, on préfère regarder ailleurs, concède une source.