Ashok Subron estime troublante la concordance entre les sanctions prises à l’encontre des syndicalistes Alain Edouard et Guy Martin et les grandes manœuvres en vue de la gestion d’une partie des activités portuaires par Dubai Ports (DP) World. Le président et l’assistant secrétaire de la Port Louis Maritime Employees Association (PLMEA) ont été suspendus la semaine dernière, à la suite de leur refus de travailler jusqu’en fin d’après-midi le 31 décembre dernier.

Pour Subron, l’un des animateurs de la PLMEA, les deux syndicalistes n’ont fait que se conformer à une pratique établie depuis des années qui veut que les employés de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL) regagnent leur domicile le 31 décembre, aussitôt que les opérations de débarquement en cours se terminent.

La PLMEA estime ainsi que la suspension décidée par l’administration de la CHCL et le risque réel qu’Edouard et Martin perde leur emploi sont un signal « odieux » à l’encontre du syndicat.

Si Subron conçoit que certaines personnes puissent pencher en faveur de DP World, il exige néanmoins que le syndicat puisse avoir les coudées franches pour dire son opposition à ce projet et faire des contre-propositions. Toutefois, le syndicaliste estime que son mouvement ne pourra faire de propositions précises qu’après avoir pris connaissance de l’accord entre DP World et le gouvernement. Il plaide ainsi auprès de sir Anerood Jugnauth, Xavier Duval et Vishnu Lutchmeenaraidoo pour que l’accord soit rendu public.

Une étape importante, selon Subron, qui estime que l’octroi à DP World du contrat de gestion du port est la plus importante décision liée à la souveraineté de Maurice depuis la décision d’exciser les Chagos du territoire mauricien en 1965.