Si la Cour suprême a rendu une décision, dans la pratique, l’Etat continue à outrepasser l’esprit de celle-ci. C’est ce qu’ont expliqué les animateurs de la Plateforme No to Biometric Data on ID Card ce mardi. Ainsi, pour Jeff Lingaya, un flou persiste sur le fait que 10 empreintes de doigts sont collectées alors que seules 4 figurent sur la micropuce de la nouvelle carte d’identité biométrique.

Fabrice Ramet estime, lui, que ceux qui retirent leurs nouvelles cartes d’identité ne sont pas adéquatement informés du processus. L’animateur du mouvement pointe notamment du doigt la procédure de consentement par lequel les demandeurs acceptent de donner leurs empreintes digitales.

La plateforme annonce une série de consultations en ce moment. A l’issue de celles-ci, elle dit vouloir prendre une position ferme sur la question.