C’est en 2008 que Soopramanien Pather, Senior Chief Executive (SCE) au ministère des Infrastructures publiques et du Transport, a apposé sa signature sur un document informant Betamax de l’intention du gouvernement de requérir ses services pour le transport de carburants vers Maurice. Aujourd’hui, le haut fonctionnaire a dû se rendre au Central Criminal Investigation Deparment pour s’expliquer sur les circonstances l’ayant mené à signer cette lettre.

Pour Athon Murday, l’avocat de Pather, celui-ci n’a fait que mettre en œuvre une décision prise par le Conseil des ministres d’alors. Ce qui lui fait dire que son client sera sans doute considéré comme un témoin par la police durant l’enquête.

C’est le 9 janvier que le Premier ministre a annoncé la renégociation du contrat liant la State Trading Corporation et Betamax, propriétaire du tanker Red Eagle. Fin janvier toutefois, le gouvernement a décidé de résilier le contrat au motif de son illégalité alléguée. Roshi Bhadain, ministre de la Bonne gouvernance, a par la suite détaillé les irrégularités qu’il dit avoir constatées dans le contrat de Betamax et référé l’affaire à la police.

Depuis janvier, toutefois, les propriétaires du Red Eagle affirment que le contrat les liant à l’Etat a été conclu en bonne et due forme. Estimant, par conséquent, que sa résiliation par le gouvernement doit entraîner des pénalités prévues dans le contrat.

*Texte amendé ce 1er avril pour préciser que Pather est Senior Chief Executive et non Permanent Secretary (PS), comme indiqué initialement.