Le Directeur des poursuites publiques a pris sa décision. Se basant sur l’enquête judiciaire de la Cour de district de Curepipe, Satyajit Boolell estime qu’aucune poursuite ne doit être déclenchée contre une petite fille ayant blessé mortellement un homme fin 2013.

Ce 11 décembre 2013, l’enfant, alors âgée de 10 ans, avait mortellement atteint un homme de 51 ans au cœur. Aux enquêteurs, elle avait expliqué avoir attaqué l’homme avec un couteau, dans un accès de colère, car celui-ci la harcelait de manière répétée.

Le DPP, après avoir initialement recommandé que la mineure ne soit pas poursuivie, avait ordonnée la tenue d’une enquête judiciaire. Dont les conclusions ont été communiquées à Ajit Boolell cette semaine. Le panel de psychiatres et de psychologues réunis par la magistrate Sockalingum-Juwaheer a estimé que la fille ne disposait pas du « discernement » dont fait mention l’article 44 du Code pénal. Celui-ci dispose : « Lorsque l’accusé aura moins de 14 ans, s’il est décidé qu’il a agi sans discernement, il sera acquitté, mais il sera, selon les circonstances, remis à ses parents, ou conduit dans une maison de correction, pour y être élevé et détenu pendant tel nombre d’années que le jugement déterminera, et qui toutefois, ne pourra excéder l’époque où il aura accompli sa 18e année ».

La magistrate a également estime que la jeune fille ne disposait pas du « mental element » pour commettre un meurtre. A la lumière de toutes ces informations, le DPP recommande donc « no further action into this matter » au Commissaire de police.

Photo via joyofconflict.wordpress.com