Le parti au papillon s’immisce dans le débat sur le financement des partis. Et vient réagir aux allégations de financement douteux que se lancent les principaux partis engagés dans la course aux municipales. Pour Rezistans ek Alternativ, le MMM et l’Alliance Lepep auraient dû « répondre clairement aux graves accusations » dont ils font l’objet. A l’un, on reproche d’avoir empoché un chèque de Rs 10 millions de la BAI quelques jours avant la tenue des élections générales. A l’autre, d’avoir été soutenu financièrement par des bookmakers.

« Pa bizin okenn nouvo lalwa, affirme Stephan Gua et Ashok Subron, pour que le MMM, le PTR ek l’Alliance Lepep rendent publics leurs revenus et dépenses » effectués dans le cadre des récentes législatives mais aussi des municipales. Les deux cosignataires du communiqué de R&A prenant exemple sur leur parti qui s’est plié à cet exercice à la suite des élections générales et compte faire de même à l’issue du scrutin de dimanche.

En outre, R&A est d’avis que l’Alliance Lepep, le MMM et le PTr pourraient avoir « violé » certaines dispositions de la Representation of the People Act. S’il s’avérait que le MMM a effectivement touché ce fameux chèque, que l’Alliance Lepep a, elle, reçu de l’argent et que les deux n’ont pas déclaré ces revenus à la Commission électorale. Par conséquent, avance le parti au papillon, ils pourraient voir l’invalidation de l’élection de leurs députés.

L’électorat urbain, soutiennent Ashok Subron et Stephan Gua, devrait « condamner sévèrement le MMM et l’Alliance Lepep » lors des suffrages prévus pour ce dimanche.

Photo (archives) : Ashok Subron