Aujourd’hui, ils sont 40 enfants de 11 à 16 ans, dans une salle.

A peine 5 d’entre eux sont au courant des conséquences des actes sexuels : grossesse, MST, risques de prison car à Maurice, l’âge de la maturité sexuelle est 16 ans. Pourtant, nombreux sont ceux qui, parmi eux, ont déjà une sexualité active.

Au CDU cette année, depuis le mois de janvier, 108 cas de teenage pregnancy et 36 cas de teenage mother sont enregistrés.

Certains adultes pensent que parler de sexualité à leurs enfants va leur ‘donner des idées’. Ils pensent que les jeunes sont, par nature, en quête de nombreux partenaires et que l’éducation sexuelle ne ferait que les rendre plus actifs, selon Friedman, 1993.

Les recherches ne vont pas dans ce sens.

Comprendre le fonctionnement de son sexe, les implications des relations sexuelles permet aux jeunes :

  • de mieux se connaître
  • de mieux gérer leur vie sexuelle
  • d’apprendre à se protéger.

Selon un rapport de l’Unesco en 2012 : « L’utilité des programmes d’éducation sexuelle à l’école est de plus en plus attestée : les données recueillies indiquent qu’ils ont un impact positif sur la santé sexuelle des jeunes en améliorant leur comportement de prévention, ce qui diminue les risques de grossesses non désirées et d’infections sexuellement transmissibles (IST), dont le VIH. »

Un enfant d’environ 2 ans peut déjà avoir les informations sur la manière de nommer son sexe, ses fesses, parties du corps comme les autres. Mais trop d’adultes n’osent pas parler de sexe.

Dire les mots ‘toutoun’, ‘sexe’, ‘fesses’, ‘toun’, ‘penis’, ‘coq’, ‘tikoki’, ‘doudou’, ‘poitrine’, etc. est encore trop tabou à Maurice.

Pour une grande majorité de Mauriciens de tous les milieux sociaux.

En juillet 2015, dans une émission sur les violences sexuelles en radio privée, le responsable est très embarrassé des termes désignés pour qualifier les organes sexuels. Il descend et demande de faire attention car ce sont des « ménagères qui écoutent cette émission ».

Les ménagères, Monsieur, ont aussi des toutoun et une poitrine!

Si on ne peut même pas nommer les organes sexuels, comment expliquer aux enfants comment son corps se développe, comment on fait des enfants, comment les bébés sortent du ventre de leur maman, la puberté ou les violences sexuelles.

Dès l’âge de 4½ ans, un enfant est en mesure de comprendre la conception d’un enfant et l’accouchement. L’imagerie destinée aux tout-petits dans Attendre un bébé en parle déjà !

Un enfant peut comprendre ces informations sans être gêné, ni choqué. Il sentira, par contre, la gêne de l’adulte qui lui en parle.

A Maurice, ça fait encore rougir et met encore trop d’adultes mal à l’aise en 2015.

Quand les parents ou éducateurs n’osent pas aborder ce sujet avec leurs enfants, les enfants vont tenter d’obtenir des informations par d’autres moyens.

Très tôt, avec les amis à l’école, ils en parlent. Les informations obtenues entre enfants sont parfois erronées.

Idem pour les adolescents qui se basent sur des films pornographiques pour avoir une perception de ce qu’est la sexualité.

Sans l’éducation sexuelle, le nombre de grossesses précoces continuera d’être élevé.

Et les risques et complications liés à ces grossesses précoces continueront d’être les principales causes de décès chez les jeunes filles, tel que l’indique déjà l’OMS.

Vivement la mise en place de l’éducation sexuelle dans les institutions scolaires !

Le sexe est une partie du corps, un organe comme un autre. Il importe que ce ne soit plus un sujet tabou.

La sexualité est une des composantes fondamentales de l’être humain.

Elle est présente sous différentes formes, de la naissance à la mort, chez tous les humains. Elle ne se compose pas uniquement de génitalité, mais de sensualité, d’érotisme et de fécondité.
La sexualité fait partie intégrante de la construction de l’identité, de la personnalité de tout individu. Elle fait partie intégrante de la santé, de la qualité de vie.

Il est primordial que les parents et éducateurs en parlent.  Educateurs informés et compétents, apprenant à être à l’aise sur le sujet.

 

Quelques ouvrages pouvant éclairer et aider à parler de sexualité avec les enfants

Attendre un bébé. (2004). Imagerie des Tout-petits. Editions Fleurus.

L’encyclo de la Vie sexuelle- Hachette jeunesse en 3 éditions : 4-6 ans, 7-9  ans et 10-13 ans.

– Robert, J. (2003). Ma sexualité (6-9 ans. 9-11 ans). Québec, Canada: Editions de l’Homme

-Robert,  J. (2005).  Le sexe, c’est d’jeuns. Québec, Canada: Editions de l’Homme

– Rufo, M & Shiltze, C. (réédité chaque année). Elever Bébé

– Tisseron, S & Guillerey, A. (2008). Le mystère des graines à bébé. Albin Michel

– Zep, Bruller, H. (2001) Le Guide du zizi sexuel. Edision Morisien. 2010