On ne connaîtra pas avant trois mois les résultats des tests menés sur l’axe Terre-Rouge/Verdun. Il faudra donc patienter encore un peu avant de savoir quelles mesures seront préconisées pour la consolidation de cette route. Et quand elle sera rouverte à la circulation. Car l’important, a insisté Nando Bodha, est « que cette autoroute soit sûre ». Il a cependant précisé que les travaux à venir sur cet axe devraient sans doute durer entre neuf et douze mois.

Le ministre des Infrastructures publiques répondait, cet après-midi au Parlement, à Paul Bérenger. Le leader de l’opposition a, en effet, axé sa Private Notice Question sur le dossier Terre-Rouge/Verdun.

Les résultats des tests aideront à déterminer la nature du ou des problèmes, « pourquoi cette zone est dangereuse ». Et, par conséquent, leurs solutions. Les designs et travaux recommandés sur lesquels se base le contracteur SinoHydro seront également revus à la lumière des résultats de ces tests. « Nous ne voulons pas que cela se reproduise », a insisté le ministre.

En attendant les résultats et les recommandations conjointes des experts de la Japan International Cooperation Agency et de la firme sud-africaine ARQ Consulting Engineers, les travaux entrepris par l’entreprise SinoHydro ont été stoppés.

En marge de l’audit initié au niveau de la Road Development Authority sur le projet Terre-Rouge/Verdun, la demande pour un départ en préretraite de son General Manager Kadress Dorsamy a été refusée, a indiqué Nando Bodha. Un site engineer et un project coordinator ont été suspendus dans le sillage de cette investigation. D’autres enquêtes suivront, a ajouté Bodha, sur d’autres contrats initiés à partir de 2010, ainsi que l’a décidé le Conseil des ministres.