La session parlementaire de la matinée d’aujourd’hui a été plutôt houleuse. Avec un Paul Bérenger insistant sur les « irrégularités » autour de la nomination du nouveau directeur général (DG) de l’Independent Commission against Corruption. Puis en prise avec la Speaker. De même que quelques chahuts de part et d’autre de l’Assemblée nationale.

Les premiers à croiser le fer : Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth (SAJ). La Private Notice Question du leader de l’opposition portait, cette semaine, sur l’ICAC. L’occasion pour Bérenger de demander, lors des questions supplémentaires, pourquoi il n’a pas été consulté, comme le dispose la loi, sur la nomination de Lutchmyparsad Aujayeb en tant que DG de cette institution. Réponse cinglante de SAJ : « Consultation veut dire consultation. We had already made up our mind. » Bérenger d’insister qu’il aurait objecté en raison d’informations dont il dispose et qui démontrent qu’Aujayeb est « unfit ».

Bérenger a également émis des doutes sur l’indépendance de l’ICAC au vu de l’identité des deux autres membres du board. Narainkrishna Peerun, dit-il, est un Senior Police Officer qui a été en charge de la National Intelligence Unit entre 2000 et 2005. Tandis que Shakilla Bibi Jhungeer a été présentée par Pravind Jugnauth en mars 2014 comme une nouvelle recrue du MSM. « Jugeons ces personnes sur les actions qu’elles prendront », a rétorqué SAJ, qui n’a pas manqué de rappelé qu’il y a eu des précédents où des « political people » ont, par exemple, été nommées dans le judiciaire et font leur travail correctement. Et vice versa.

La question sur les transferts, promotions et rétrogradations au sein de la force policière a été l’occasion, pour SAJ, d’insister sur un point. Après les élections de 2005, le nombre de transferts était bien plus élevé que ceux qui ont lieu entre le 10 décembre 2014 et le 19 février de cette année.

Shakeel Mohamed a, lui, voulu savoir si le Commissaire de police avait effectivement l’intention de rétrograder les officiers qui ont été au service de Navin Ramgoolam et de faire monter en grade ceux qui officient auprès de l’actuel PM. Sir Anerood Jugnauth, impassible : « Vous savez mieux que moi ce que faisait l’ex-Premier ministre… » Shakeel Mohamed d’insister, en rappelant au chef du gouvernement que celui-ci a déclaré qu’il ne regardait pas dans le rétroviseur et quand il comptait « look forward ». SAJ : « I look eye to eye to you. »

La tension est montée d’un cran d’un l’hémicycle au moment où Yogida Sawmynaden répondait pour le ministre de la Santé Anil Gayan, absent ce mardi, Rajesh Bhagwan souhaitait savoir si un Executive Director avait été nommé au Trust Fund for Specialised Medical Care, qui gère le Cardiac Centre de Pamplemousses. Sawmynaden a confirmé qu’une directrice a été nommée le 30 janvier 2015. Paul Bérenger a rappelé qu’en 2006, cette personne avait fait l’objet d’une question parlementaire.

Alors que le leader de l’opposition entamait son « introduction » à une autre question sur le même sujet à l’adresse de Sawmynaden, Maya Hanoomanjee lui a demandé d’abréger. Un court mais vif échange s’en est suivi, Bérenger avançant qu’on l’empêchait de parler pour « protéger » Gayan. Le député rouge Shakeel Mohamed de demander : étant donné la précédente nomination de la dame à la MTPA alors que Gayan était aux Affaires étrangères, ce dernier était-il le « dénominateur commun » ? Un commentaire sur Navin Ramgoolam et Nandanee Soornack a alors fusé des travées gouvernementales.

La séance a également été ponctuée par des commentaires ayant trait aux coffres-forts de Ramgoolam et à leur contenu.