Toutes les procédures ont été suivies pour le recrutement de Naila Hanoomanjee à la défunte State Property Development Co. Ltd (SPDC). C’est, en filigrane, ce qu’a fait comprendre Pravind Jugnauth à une question d’Aadil Ameer Meea, ce mardi 13 juin.

«N’est-ce pas un cas flagrant de favoritisme ?» a demandé le député mauve, en mentionnant les prises de position publiques de la principale intéressée en faveur de l’Alliance Lepep lors de la campagne électorale de 2014. L’élu de Port-Louis Maritime/Est s’est aussi référé à la déclaration de Naila Hanoomanjee, à l’effet qu’elle n’a appris qu’elle était considérée pour la SPDC qu’au moment de l’entretien.

«Je ne suis pas au courant de cette déclaration», a indiqué le Premier ministre. Et de préciser, tout de même, que l’appel à candidatures pour être CEO de cette institution n’en mentionnait pas le nom. «Cela pourrait expliquer ses propos», a dit le chef du gouvernement.

Le Premier ministre est-il au courant d’une plainte, en date du 7 octobre 2016, contre celle qui fait aujourd’hui partie de la direction de Landscope Mauritius pour conspiracy et breach of ICTA Act ? a encore voulu savoir Ameer Meea.

Réponse de Pravind Jugnauth : la question initiale était axée sur la nomination de Naila Hanoomanjee à la SPDC. Si le député mauve propose une autre question parlementaire, «I’ll look into it», a-t-il ajouté.

«Quelles sont les qualifications de Naila Hanoomanjee ? Son expérience ? » a interrogé le député kare-kare Ravi Rutnah, intervenant après Shakeel Mohamed. Ce qui donnera l’occasion à Pravind Jugnauth de souligner les 17 ans d’expérience de la candidate, sa longue liste des diplômes et quelques-uns des projets auxquels elle a participés.

Elle n’a pas droit aux services d’un officier de la VIPSU, «ce n’est pas vrai», a précisé Pravind Jugnauth à Adrien Duval. Avant de sortir les griffes : «Répétez ça dehors et pas qu’ici, où vous jouissez de l’immunité.»

Photo (archives) : Naila Hanoomanjee