La séance matinale au Parlement a été émaillée d’incidents. En particulier la tranche réservée à la Private Notice Question. Celle-ci a vu Pravind Jugnauth perdre son calme, Roshi Bhadain faire un geste obscène et être expulsé, la séance a même été suspendue momentanément.

La matinée dans l’hémicycle avait pourtant démarré tranquillement. Comme chaque mardi, les parlementaires arrivent au compte-gouttes. Certains viennent déposer leurs affaires avant de ressortir un instant. Comme Eddy Boissezon qui, sur le départ, échange quelques mots avec Roubina Jadoo-Jaunbocus qui arrive, les bras chargés.

La galerie publique voit, entre-temps, l’arrivée des attachés de presse de ministres mais aussi des citoyens. Salim Abbas Mamode, à son arrivée, va saluer l’un de ces derniers, un habitué.

Le Premier ministre aussi est à sa place. Raj Dayal vient le saluer. Showkutally Soodhun fait son entrée dans l’hémicycle, tout comme sir Bhinod Bacha, conseiller auprès du bureau du Premier ministre. Ce dernier va saluer le ministre mentor qui va prendre sa place. Aujourd’hui, sir Anerood Jugnauth (SAJ) porte du vert.

Suivent Sunil Bholah, puis Alain Wong et Etienne Sinatambou, dont les divers dossiers sont rangés dans un porte-documents vertical. La séance va bientôt débuter, chacun se hâte vers son siège.

Egalement dans l’hemicycle : Dev Manraj, secrétaire financier, Rudy Veeramundar, directeur de communication au bureau du Premier ministre, Dev Beekarry, aux côtés d’autres fonctionnaires.

Le calme avant la tempête

A l’entrée de la Speaker, presque tous les députés de l’opposition sont là, Shakeel Mohamed arrivant au moment où retentit l’hymne national.

Pravind Jugnauth commence la lecture de la réponse à la Private Notice Question du jour. Axée sur la vente de l’hôpital Apollo Bramwell et le deal avorté avec Omega Ark.

Comme cela a été le cas ces dernières semaines, le Premier ministre (PM) ne se prive pas pour insister que Xavier Duval, du temps où il était no 2 du gouvernement, est au courant des procédures entourant ce dossier. Le chef du gouvernement le renvoie d’ailleurs à une précédente PNQ sur la question, en août 2016.

Si le nom de Wenda Sawmynaden suscite quelques murmures des bancs de l’opposition, c’est toutefois au moment des questions supplémentaires que la situation va s’envenimer. Et dégénérer.

Xavier Duval n’entend pas faire dans la dentelle. Et il le fait sentir d’entrée de jeu: il a été membre du Cabinet, « mais pas du ‘kitchen cabinet’ ». Les murmures, grandissants, proviennent cette fois des travées de la majorité.

Pravind Jugnauth le prend de haut avant de répondre à sa question sur les fonds obtenus de la vente de l’hôpital privé et les paiements effectués auprès des créditeurs.

Xavier Duval maintient la pression, citant des documents liant Omega Ark à MegaCom qui démontrent que cette dernière a agi auprès du gouvernement pour « faciliter » ce deal. Malini Sewocksing, assise presque derrière son leader, feint la surprise à la lecture des termes du contrat : « Tou sa la ? »

Chiffres choc

Shakeel Mohamed renchérit : « Choc ! Gagn sok ! » Une voix en face lui répond : « Ki sok ? »

L’échange entre Duval et Jugnauth se poursuit, sous l’œil attentif de SAJ, Showkutally Soodhun et Ivan Collendavelloo.

De temps en temps, Alan Ganoo se penche vers Shakeel Mohamed, les deux hommes échangent quelques mots.

Alors que Duval amorce une interpellation sur les preuves de ressources financières qu’Omega Ark n’a pas soumises, la Speaker l’interrompt. Pas de longues déclarations, lui rappelle-t-elle.

Pravind Jugnauth lui répond, arguant que Duval était « au courant », étant alors au gouvernement. « Non ! Non ! » interjecte Duval. Qui prend un ton menaçant : « Si vous voulez que je dise ce qui s’est passé au Cabinet, vous serez très surpris ! »

Le PM le reprend, Duval réitère : « Vous voulez que je dise ce qui se passait au gouvernement ? »

Les murmures deviennent brouhaha. Mahen Jhugroo le provoque : « Dir ! Dir ! » Soodhun y va de son grain de sel : « Ti pe soutir Bhadain ! »

Duval reprend sa question, qui traîne un peu. Le ministre Roopun se prend pour la Speaker : « Question ! », sous les rires d’Etienne Sinatambou

Xavier Duval poursuit sur la veine MegaCom, affirmant qu’Omega Ark agissait finalement comme courtiers, au vu des documents en sa possession et qu’il a déposés à l’Assemblée nationale.

Soodhun a déjà sa petite idée sur la question : « Pe rakont twa zistwar ! »

Entre mensonges et «Judas»

Les interpellations du leader de l’opposition s’arrêtent, cette fois, sur le rôle de Vidianand Lutchmeeparsad, président du conseil d’administration de NIC Healthcare, Shakeel Mohamed le repère dans l’hémicycle, auprès des fonctionnaires suivant les débats.

Les questions-réponses entre Pravind Jugnauth et Xavier Duval se font plus tendues. Roshi Bhadain lève la main pour une interrogation.

Sudhir Sesungkur exprime sa désapprobation – « pa dakor ! » – devant l’insistance de Duval à l’effet que les bâtiments de l’hôpital privé ont une valeur moindre et que les contribuables auront à payer la différence. Le PM précise dans sa réponse que Roshi Bhadain, alors ministre des Services financiers, avait alors approuvé l’évaluation faite. « Manti ! To koz manti ! » éructe Roshi Bhadain. « Shut up, do ! » rétorque violemment le chef du gouvernement, mêlant anglais et kreol.

Les voix s’élèvent dans l’hémicycle, on entend le mot « Zida ! » alors que Maya Hanoomanjee tente de ramener le calme. Elle finit par se faire entendre et rappelle à Bhadain : « Vous ne pouvez pas dire que le Premier ministre est un menteur. (…) Retirez ce mot et dites que son argument est incorrect. »

Le brouhaha s’installe.

Roshi Bhadain obtempère, ajoutant toutefois que le PM « induit le public en erreur ». Les protestations de la majorité reprennent de plus bel.

Les éructations n’en finissent pas. La Speaker fait ressortir aux parlementaires: « On vous regarde en direct à la télé ! »

Sudhir Sesungkur, vite rejoint par d’autres, répète inlassablement : « Met li deor ! »

Pepsi et lèche-main

Les parlementaires se calment suffisamment pour qu’on entende les questions des uns et des autres, mais les remarques fusent de temps en temps. Tentant de répondre à sa question sur Wenda Sawmynaden, Pravind Jugnauth s’emporte contre Duval qui l’a interrompu. « Let me answer! »

Roshi Bhadain, qui lève la main depuis un moment, peut enfin poser sa question. Et allègue qu’il est question de commission. Le nom d’un conseiller de Pravind Jugnauth est balancé dans l’hémicycle.

« Ces allégations du leader du Pepsi Party sont gratuites ! » insiste le chef du gouvernement. « Je le défie pour qu’il répète ses propos hors de la Chambre ! Il verra de quoi je suis fait. »

Bhadain, insiste, lui, pour que son ancien leader retire les termes « Pepsi Party ». Ce qui fait rire Vishnu Lutchmeenaraidoo.

Mahen Jhugroo voudrait, lui, que Bhadain « sorti deor ! Mo challenge twa : sorti deor ! ».

Roshi Bhadain maintient ses accusations, il dépose un document et alors que le PM s’apprête à lui répondre, il intervient : « Dir Pepsi Party Aster ! »

Pravind Jugnauth répond du tac au tac : « Yes!… You were licking my hand ! » Bhadain se lève, soulève sa veste, se retourne et montre son postérieur. Les « Deor ! Deor ! » fusent, on distingue clairement les voix de Jhugroo et de Sesungkur.

Maya Hanoomanjee expulse Bhadain, qui se fait invectiver alors qu’il ramasse ses affaires. Il répond à ses détracteurs : « Amenn taper ! » Mais au moment de partir, Bhadain semble décontenancé, lâche un sourire puis s’en va.

Le calme a du mal à revenir malgré le départ du bouillant député de Belle-Rose/Quatre-Bornes. Et alors que la Speaker avait auparavant indiqué au leader de l’opposition qu’il lui restait une dernière question, elle annonce cette fois la fin de la PNQ.

Les bleus s’insurgent. Sewocksing remarque : « Mais il n’a pas fini ! Zot pe fer sinema. »

Xavier Duval proteste. Sinatambou lui intime de s’asseoir. Sewocksing, dépitée, murmure que la Speaker est « partiale ».

Le calme ne revient toujours pas. La Speaker suspend la séance et sort, seuls les membres du PMSD et de la majorité se lèvent.

[Note : Ce texte a été modifié pour corriger une mauvaise traduction, le terme «mettle» utilisé par Pravind Jugnauth lors de ses échanges musclés avec Roshi Bhadain ayant été confondu avec «metal».]

A voir également