Rajesh Bhagwan arrive dans l’hémicycle en se plaignant. «Dilo pa’nn gagne 3 zour», dit-il à Fazilah Jeewa-Daureeawoo, qui habite Rose-Hill, comme lui. «Kot mwa ti gagne», rassure la Vice Prime minister. Mais le député du MMM insiste, son interlocutrice finit par admettre : «Kot mwa osi 2 zour pa’nn gagn delo». Les deux élus parlent alors des travaux dans la ville, Bhagwan s’en agace. «Me li inevitab», rappelle Jeewa-Daureeawoo. L’élu de Beau-Bassin/Petite-Rivière se rassied, dépité.

Yousouf Ismaël est d’humeur beaucoup plus joyeuse. La Private Notice Question du jour explique la présence du directeur de la CWA. Il est d’ailleurs accompagné par d’autres cadres du ministère d’Ivan Collendavelloo, tous assis dans la travée réservée aux fonctionnaires et conseillers du gouvernement.

Le Deputy Prime minister, chef du gouvernement par intérim en l’absence de Pravind Jugnauth, arrive les bras chargés de ses dossiers. Qu’il consulte assidûment après avoir serré la main à son voisin : sir Anerood Jugnauth. Plus loin, c’est Vikash Oree qui réserve un accueil très chaleureux à Raffick Sorefan. Qui avait dû quitter l’Assemblée nationale la semaine dernière suite à un petit malaise.

La sonnerie signifiant le début des travaux parlementaires retentit. Maya Hanoomanjee se dirige vers sa place. Le silence dans l’hémicycle est toutefois interrompu par les éclats de rire des députés mauves. Quelques instants plus tard, la PNQ débute et Ivan Collendavelloo s’étonne du libellé d’une des questions de Xavier Duval, différente de la version de la PNQ sur laquelle il a travaillé.

«You can manage», suggère le leader de l’opposition au Premier ministre par intérim. Collendavelloo se retourne et regarde en directions de ses officiers, qui le rassurent. «Oui», confirme le numéro 2 du gouvernement puis commence à dérouler sa réponse.

La réponse initiale terminée, Duval interroge le ministre des Services publics sur la nécessité d’un débat sur la privatisation de la distribution de l’eau et les conclusions d’un White Paper sur la question. On étudiera cette possibilité, explique Collendavelloo. La réponse ne plaît pas à Duval qui montre son irritation. Mais son interlocuteur le recadre, lui demander de se calmer et de le laisser répondre.

Quelques instants plus tard, c’est le Deputy Prime minister qui s’emporte quand Duval évoque les bénéfices importants de la CWA pour contrer l’idée d’une hausse des tarifs. Collendavelloo se retourne et fusille ses officiers du regard. Ceux-ci, en pleine effervescence, griffonnent quelques notes qu’ils envoient au ministre, qui finit par avouer à Duval qu’il n’a pas consulté le rapport annuel de la CWA.

Sentant Collendavelloo sur la défensive, Duval s’enhardit. Il attend à peine la fin de la réponse de son interlocuteur pour le relancer avec une question supplémentaire. Il demande ainsi au ministre de tutelle de la CWA pourquoi les comptes de l’institution semblent avoir été «deliberately darkened». Collendavelloo hésite, puis affirme ne pas être d’accord avec cette affirmation.

La pression montant, Kavy Ramano et Malini Sewocksingh encourage Bashir Jahangeer à se joindre à la partie. «Koze Bashir, koze», plaisantent-ils en direction du député du MSM qui pose régulièrement des questions embarrassantes au ministre des Services publics. S’attirant régulièrement la colère de celui-ci. De l’autre côté de l’hémicycle, les réponses de Collendavelloo ne convainquent pas Paul Bérenger. Qui le fait savoir à sa manière : «Get sa chokra la!»

Le débit du Deputy Prime minister peine toutefois à captiver certains de ses collègues. Mahen Jhugroo lutte ainsi contre le sommeil. Il ouvre les yeux puis s’assoupit à nouveau. Trois minutes plus tard, Nando Bodha a le même problème mais en plus aigu. Il a totalement sombré dans les bras de Morphée.

Difficile de rester endormis toutefois à la fin de la PNQ, les députés de la majorité saluent Collendavelloo par un coup de tap latab. Il y a toutefois une exception, juste à côté du Deputy Prime minister. SAJ, sérieux tout le long des réponses de son voisin, n’a pas jugé opportun de tap latab. La scène n’a pas échappé aux élus mauves qui se chargent de le faire remarquer à Collendavelloo. Celui-ci cache mal son agacement, tandis que SAJ, toujours aussi stoïque, semble ne pas avoir prêté attention à la scène.

«Kestion la ti bon la», tente de rattraper Bobby Hurreeram. De la galerie de la presse, Thierry Henry semble dire : «Al demann to mama si ti bon.» [NdlR : joint au téléphone, le député du PMSD affirme ne pas avoir dit cela. Sans pouvoir confirmer ce qu’il a réellement déclaré.] Le Chief Whip bondit, rouge de colère : «Sa mem to vo? Boufon!» N’ayant pas entendu l’échange, la Speaker rappelle durement Bobby Hurreeram à l’ordre. «Kalme twa, al bwar enn ti pe», suggère Henry. «Bourik!» lui rétorque son interlocuteur.

La partie réservée aux questions au Premier ministre débute par celle de Danielle Selvon sur la publicité gouvernementale. Mais la question tourne court quand Collendavelloo explique ne pas pouvoir y répondre après avoir reçu un avis légal. Maya Hanoomanjee recadre, expliquant avoir autorisé la question en sachant qu’elle concerne les sommes dépensées en publicité et annonces par le gouvernement durant les trois dernières années. Toutefois, précise la Speaker, si le Premier ministre par intérim a reçu un avis sur la question, il doit le suivre.

Rajesh Bhagwan et Veda Baloomoody ne l’entendent pas ainsi. «Pa pe les lezot poz kestion» se désole Bhagwan. Baloomoody insiste qu’on ne parle que des trois dernières années. Mais la Speaker a tranché. «Pe kasiet sa. Pretex madam! Pretex lakour!» tente Bhagwan, en vain.

On passe à une question sur les fonds Corporate Social Responsability (CSR) d’Airports of Mauritius (AML). Xavier Duval demande à Collendavelloo d’assurer le Parlement que l’argent du CSR n’a pas été utilisé dans le cadre d’activités politiques dans la circonscription de Mahébourg/Plaine-Magnien (no 12).

Paul Bérenger taquine Hurreeram, député de la circonscription : «Bobby, avoy ti papie.» Bhagwan suggère plutôt un briani mais se fait sèchement rappelé à l’ordre par Maya Hanoomanjee. L’élu mauve fait de l’esprit. «Madam, you are shouting at me. It’s not ok», lance-t-il à la Speaker, le sourire en coin. Celle-ci n’est pas d’humeur badine.

Les molletons distribués par AML passionnent les députés de l’opposition. Thierry Henry veut ainsi savoir si les distributions passées ont débouché sur des protestations. Les députés du MMM s’amusent de cette question. «Bizin MSM sa pou gagne», se demande-t-on chez les mauves. «Molton-la oranz», se demande un autre élu de l’opposition. Occupés à se chamailler, Mahen Jhugroo et Xavier Duval en oublient Ivan Collendavelloo qui poursuit sa réponse.

La tranche des questions au Premier ministre se termine sur une note bon enfant. Collendavelloo dit une nouvelle fois agir suite à un avis obtenu pour justifier qu’il ne fournisse pas les noms des personnes ayant récemment emprunté le VIP lounge de l’aéroport, sur demande de la présidence de la République. Généreux, Duval propose son aide au ministre : «I can give you some advice.» Ce qui fait sourire son interlocuteur : «Ok, I will act upon it», plaisante-t-il.

Le ton redevient toutefois sérieux lors de la question sur l’actuel directeur général de la State Investment Corporation. Mais une nouvelle fois, Ivan Collendavelloo insiste ne pas être en présence des éléments évoqués par l’opposition. Une posture qu’il maintient jusqu’à la fin du temps imparti pour les questions au Premier ministre. Le PMQT terminé, Collendavelloo quitte momentanément l’hémicycle.