Follow Us On

Slider

Malini Sewocksingh arrive dans l’hémicycle avec un doute. Vêtue d’une robe fuschia, elle demande aux journalistes, dans la galerie de la presse, la couleur est sa tenue. On lui répond. Elle sourit : «Ena dimoun pe trouv sa kouler roz.» La députée du PMSD ressort pendant qu’Etienne Sinatambou arrive. De bonne humeur, celui lance des bonjours chaleureux à la ronde.

Les minutes passent et Alain Wong fait son entrée. Il doit répondre à la Private Notice Question (PNQ) du jour et semble visiblement stressé par cette perspective. Il marche rapidement vers sa place, mais est coupé dans son élan par un embouteillage provoqué par sir Anerood Jugnauth (SAJ). Le ministre mentor fait la causette à sir Bhinod Bacha. Derrière lui, Alain Aliphon, Stephan Toussaint et Sharvanand Ramkaun prennent leur mal en patience.

Nando Bodha est, lui, rentré par l’autre accès à l’hémicycle et fait la conversation à Kavy Ramano et Jean Claude Barbier. L’embouteillage causé par le ministre mentor s’estompe et Alain Wong file à sa place. A peine assis, il expire un grand coup. Son voisin Sunil Bholah tente de le détendre, sans grand succès. Une blague de Mahen Jhugroo finit toutefois par arracher un rire au ministre de l’Intégration sociale.

Plus loin, Pravind Jugnauth, Ivan Collendavelloo et SAJ sont dans leur monde. Détendus, ils regardent les notes du chef du gouvernement pour la Prime minister’s Question Time (PMQT). Pendant ce temps, Wong stresse toujours. Sa tablette posée devant lui, les bras croisés, il lit sa réponse à la PNQ de Xavier Duval.

Ce dernier arrive dans l’hémicycle avec le gros des troupes bleues. La séance du jour débute avec un hommage à un ancien élu décédé, Hurry Parsad Sham, puis on passe rapidement à la PNQ. Le ministre de l’Intégration sociale est coupé dans son élan dès le début de sa réponse. Son affirmation à l’effet qu’il n’a pas attendu le rapport de l’Audit pour prendre des mesures fait réagir Shakeel Mohamed. «Tiou!» lance l’élu travailliste avant de couper à nouveau Wong à coup de «apre lamor, latizann».

Le ministre continue la lecture de sa réponse et se perd dans des détails que les travées de l’opposition jugent inutiles. «Ki to pe koz earmark?» s’exclame Thierry Henry. «He is wasting time», s’agace Mohamed avant de se lever pour demande à la Speaker d’intervenir, sans succès.

Les digressions de Wong amènent le leader de l’opposition à invoquer un point of order. Maya Hanoomanjee «totally agree» avec Duval. Elle demande au ministre de se cantonner à ce qui est «relevant» à la question posée. «Li mem li irrelevant», lance Henry en direction de son ancien camarade de parti.

Mais le ministre continue sur la lancée et ne fait pas l’économie de détails hors sujet, ce qui amène Duval à demander l’intervention de la Speaker une nouvelle fois. Wong semble agacé, Dan Baboo en rajoute une couche. Ce que n’apprécie pas du tout le ministre. «Shut your mouth», s’énerve-t-il.

Les réponses de Wong sont ponctuées de piques lancées échangés entre Xavier Duval et lui. La PNQ du jour se termine en laissant le leader de l’opposition sur sa faim. Il le fait savoir à la Speaker.

La PMQT se déroule, elle, bien plus calmement. Les questions de Rajesh Bhagwan sur les missions entreprises par les conseillers du Premier ministre et les cadres de l’Economic Development Board amènent les mêmes réponses de Pravind Jugnath. Les informations demandées sont en train d’être compilées.

Le député de Beau-Bassin/Petite-Rivière veut prendre le Premier ministre au mot en obtenant de lui un délai précis pour la compilation des réponses. Pravind Jugnauth saisit la balle au bond en rappelant qu’en 2004, le Premier ministre d’alors avait fait attendre longtemps des députés de l’opposition. Visé par la remarque, Paul Bérenger reste impassible. Il continue à lire la feuille de papier qu’il a en main.

Mahen Jhugroo est toutefois bien moins calme en répondant à la question que lui adresse Osman Mahomed au sujet du recrutement de la responsable des ressources humaines de la National Housing Development Company (NHDC). Les deux hommes croisent le fer, le ministre du Logement et des Terres accuse même le député travailliste d’avoir fait employé un cadre de l’institution sans un entretien d’embauche alors qu’il dirigeait la NHDC.

L’élu rouge proteste et affirme que l’information donnée par le ministre est erronée. Jhugroo persiste et signe en tendant une feuille aux appariteurs pour prouver ses dires. Il pointe Mahomed du doigt, affirmant que la candidate choisie par la direction actuelle de la NHDC n’est pas «enn marsan dipin».

«Time is up», signale la Speaker. Mais les échanges continuent entre le ministre et les députés travaillistes.

Facebook Comments