Cela ne relève pas du miracle mais de chocs électriques. Ne paniquez pas, on vous explique : une équipe de l’université de Louisville et de celle de Californie a développé une technique à base d’électrochocs grâce à laquelle quatre personnes ont retrouvé l’usage partiel de leurs jambes. Des experts estiment que cela pourrait servir de traitement pour les blessures à la colonne vertébrale.

La moelle épinière, située dans la colonne vertébrale, transporte des impulsions électriques du cerveau aux autres parties du corps.  Si elle est endommagée, ces impulsions ne passent qu’en partie, voire plus du tout, entraînant une paralysie à degré variable selon la partie touchée.

Grâce à ces nouvelles recherches et à ses avancées, publiées hier dans la revue Brain, quatre hommes, paraplégiques depuis plus de deux ans, ont pu faire bouger leurs jambes et exécuter des mouvements assez précis. Cette technique de stimulation électrique a été développée et étendue après une première expérience, réussie, il y a trois ans, sur Rob Summers. Il est devenu paraplégique suite à un accident de la route, mais éprouvait quelques sensations dans les membres inférieurs. Il a pu bouger les jambes suite à la stimulation électrique de sa moelle épinière, réalisée en implantant, sur la colonne vertébrale, un appareil couramment utilisé pour contrôler la douleur.

spinal-cord-stim_credit trianglespinedotcom(Photo : trianglespine.com)

Partant de l’hypothèse qu’il restait à Summers des connexions neuronales qui avaient été réactivées par la stimulation électrique, l’expérience a été étendue à trois autres personnes. Et, surprise, celle-ci a marché sur deux paraplégiques qui n’avaient plus de sensation. « Quand j’ai pensé à bouger ma jambe gauche, j’ai senti un courant et elle s’est redressée comme je l’avais pensé », raconte Kent Stephenson. « Et quand j’ai pensé à la détendre, elle est descendue. Tout le monde a fait : “Whoa !” Ma mère a éclaté en sanglots. Moi-même, j’étais ému. »

Susan Harkema, Rehabilitation Research Director au Kentucky Spinal Cord Injury Research Center de l’université de Louisville et au Frazier Rehab Institute, explique : « Fondamentalement, nous avons découvert une nouvelle stratégie d’intervention qui peut stimuler les mouvements volontaires, bien des années après, chez des personnes souffrant de paralysie  totale. »

Si les quatre hommes ne peuvent pas marcher seuls, la stimulation électrique a cependant grandement amélioré leur qualité de vie. « Ils vous le diront, la stimulation et le fait de pratiquer des exercices et de pouvoir bouger les fait se sentir mieux, certains disent se sentir vivants », précise le Dr Claudia Angeli, de l’université de Louisville.

Pour Mark Bacon, directeur de recherches à Spinal Research, ces résultats suggèrent que « les recherches sur d’autres traitements pourront n’établir que des connexions rudimentaires entre le cerveau et la région qui se trouve sous la lésion » pour retrouver une capacité fonctionnelle. Pour Susan Howley de la Christopher and Dana Reeve Foundation, cette étude ouvre les portes à plusieurs autres traitements : « Nous pouvons envisager, un jour, que la stimulation fera partie des thérapies pour traiter la paralysie. »

Source : BBC, Time – Photo : BBC

Photo : Andrew Meas, Dustin Shillcox, Kent Stephenson et Rob Summers ont été soignés au Kentucky Spinal Cord Research Center de l’université de Louisville. Paraplégiques, Ils ont pu bouger leurs jambes suite à un traitement à base  d’impulsions électriques.