Il n’est pas question d’acheter des produits artisanaux par pitié. Parce qu’ils ont été fabriqués par des personnes malades ou en situation précaire. Ce sont des pièces « value for money » comparables aux autres produits commerciaux. C’est ainsi que Marylène François, la directrice d’OpenMind explique la collaboration de son organisation non gouvernementale avec Homestop, l’enseigne de déco maison située à Bagatelle.

Ce projet visant à faciliter l’employabilité des personnes prises en charge par OpenMind s’inscrit dans la stratégie globale de promouvoir l’entrepreneuriat social. Pour cela il bénéficie de l’appui de la filiale locale de la Deutsche Bank ainsi que du NGO Trust Fund.