Fraîchement nommé, le commissaire de police Mario Nobin établit ses priorités. Déjà, affirme-t-il, si la perception existe que la police est à la solde du pouvoir politique, il fera en sorte de la dissiper. Il en veut pour preuve la manière dont les enquêteurs travaillent actuellement sur les « high profile cases ». Ceux-ci seront traités avec le plus grand sérieux, affirme Nobin, expliquant que la police ne livrera ses conclusions au Directeur des poursuites publiques que quand son travail aura été entièrement accompli.

De manière plus globale, le nouveau commissaire de police estime que sa mission première est de rétablir le lien entre la police et le grand public. Notamment en lui montrant qu’elle accomplit sa mission avec efficacité, mais également en se rendant plus accessible.