Le ministère de la Santé l’a annoncé dans un communiqué : le Nigeria ne fait plus partie de la liste des pays affectés par Ebola. Une décision qui fait suite à l’annonce, par l’Organisation mondiale de la Santé, que l’épidémie y a pris fin. Une nouvelle qui peut redonner espoir aux pays voisins touchés par le virus, qui cause une fièvre hémorragique, alors que le bilan des victimes a dépassé la barre des 4 500 malades.

En effet, depuis 42 jours, aucun cas d’Ebola n’a été signalé sur le territoire nigérian. La période d’incubation du virus étant de 21 jours. Les autorités sanitaires devaient aussi retracer ceux qui pouvaient avoir été en contact avec des patients confirmés, et les tests de cas suspects être négatifs.

Pour Rui Gama Vaz, qui y est représentant de l’OMS, l’épidémie « a été stoppée ». C’est là « une réussite spectaculaire qui montre » que l’on peut en venir à bout. Avec une réponse rapide et efficace des autorités.

Le ministre nigérian de la Santé n’écarte pas la possibilité d’une nouvelle épidémie qui, si elle survient, sera considérée comme « séparée » qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest. « Si cela arrive, assure toutefois Onyebuchi Chukwu, le Nigeria sera prêt et capable de l’affronter, comme nous l’avons fait avec cette épidémie-ci. »

Le premier patient contaminé est arrivé du Liberia. Certains parmi le personnel médical l’ayant soigné ont été infecté à leur tour. Dès que les tests ont confirmé qu’il était atteint d’Ebola, le gouvernement a décrété l’état d’urgence.

La préparation et la formation du personnel médical, de même que la sensibilisation de la population et une bonne communication ont permis d’éviter les milliers d’infectés au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. Au total, 20 personnes ont été touchées au Nigeria, dont 8 sont mortes.

Contrairement à d’autres pays, le Nigeria n’a pas fermé ses frontières aux passagers venant de pays touchés. « Fermer les frontières tend à renforcer le sentiment de panique et d’impuissance », explique le Dr Faisal Schaib, de l’Ebola Emergency Operation Center nigérian.

En revanche, selon une étude de modélisation publiée ce 21 octobre dans la revue médicale The Lancet, les contrôles aéroportuaires au départ des pays affectés sont plus efficaces.

Sources : Huff Post France, Time, Le Monde

Photo (StringReuters via Le Monde) : Au Nigeria, les contrôles de température ont été effectués non seulement à l’aéroport mais aussi au niveau des écoles, comme ici à Abuja.