Ils étaient venus travailler. Ils ont perdu la vie. 185 Népalais seraient morts, courant 2013, sur les chantiers des stades de la Coupe du Monde de football de 2022. C’est le Qatar qui accueille cette édition du Mondial.

Ce chiffre porte le nombre de morts à 382 en deux ans. Bilan qui pourrait même être plus lourd, car le Népal n’est qu’un des pays qui prêterait sa main d’œuvre au Qatar pour l’organisation de la Coupe du monde.

Selon des documents officiels recueillis par The Guardian, le Qatar a employé plus de 2 millions de travailleurs immigrés. « Ces informations accentuent la pression sur la FIFA [Fédération internationale de football] qui doit exiger des changements rapides », écrivent les journalistes de ce quotidien britannique.

En septembre dernier, The Guardian avait révélé la mort de 44 ouvriers népalais, et dans la semaine qui suivit cette révélation, 36 autres auraient trouvé la mort. On apprend ainsi que l’ambassade du Népal à Doha aurait plusieurs fois dénoncé les conditions de travail des travailleurs immigrés avant de finalement transmettre ces dossiers au Guardian.

Par le passé, l’ONG Amnesty International a aussi fait état des conditions de travail de ces ouvriers, rapporte Le Monde. Ils seraient soumis à des journées de 12 heures dans la chaleur torride de l’été, selon le rapport de l’assocition. Un syndicat de travailleurs, l’ITUC, a prédit que le nombre de morts atteindrait les 4 000 avant 2022.

Photo via Le Monde