Le vétéran du barreau propose ses services à la présidente de la République. Car estime Yousuf Mohamed, «des gros requins ont piégé cette dame». L’avocat pense que d’autres confrères n’hésiteront pas à le rejoindre. Surtout si c’est pour démontrer devant le tribunal spécial que d’autres membres du gouvernement ont bénéficié d’avantages conséquents des sociétés du milliardaire angolais Alvaro Sobrinho.

L’article 30 de la Constitution permet au Premier ministre de présenter une motion devant le Parlement pour que la présidente de la République soit jugée par un tribunal spécial.