L’écart est réduit. Toutefois, avec 55% d’opinions favorables, le MMM devance le PMSD, le MSM et le Parti travailliste (PTr) dans le dernier baromètre politique de DCDM Research. Si l’opinion des personnes interrogées sur le parti de Paul Bérenger est stable, le PMSD et le MSM connaissent tous deux une chute de 9 points.

Le PTr, par contre, remonte lentement la pente de 8 points depuis mai 2016 en s’établissant à 45% d’opinions favorables, à la quatrième place, ce novembre. A 28% de soutiens, le Reform Party de Roshi Bhadain clôture le classement. Devancé par Rezistans ek Alternativ (39%), le Mouvement patriotique et le Mouvement Liberater tous deux à 31%.

Les opinions sur les partis politiques ne se reflètent toutefois pas directement sur la côte de popularité de leurs leaders. Ainsi, Xavier Duval demeure, avec une avance confortable, le leader politique préféré des Mauriciens. Même s’il perd 5 points de popularité entre octobre et novembre. Arvin Boolell, avec 57% d’opinions favorables glisse, lui, de 3 points sur la même période. Paul Bérenger, Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam sont les trois seuls leaders politiques à connaître un regain de popularité.

C’est le Premier ministre qui gagne le plus de terrain avec 4% sur le dernier mois, pour s’établir à 56% d’opinions favorables. Il est devancé, au classement, par Paul Bérenger qui obtient le même score qu’Arvin Boolell. Navin Ramgoolam, dont la cote de popularité avait touché le fond, avec seulement 12% d’opinions favorables début 2015, gagne 2 points avec un score de 40%. Il devance Roshi Bhadain, qui perd, lui, du terrain sur le dernier mois avec ses 37% d’opinions favorables.

C’est la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, qui occupe toutefois le haut du classement des personnalités politiques en convainquant 2 Mauriciens sur 3 (66%).

Le sondage de DCDM Research confirme une tendance longue depuis l’installation de l’actuel gouvernement : ses baisses de popularité ne conduisent pas à une hausse de celle de l’opposition. Ainsi, si le gouvernement était soutenu par 9 Mauriciens sur 10 (89%) en janvier 2015, il convainc moins d’un Mauricien sur deux (47%) en novembre. C’est en septembre, que le gouvernement a enregistré son pire score depuis son arrivée au pouvoir. Avec le soutien de moins de 4 personnes interrogées sur 10 (38%).

 

Parti d’un score de 39% en janvier 2015, l’opposition recueille les faveurs de moins d’un Mauricien sur deux (46%) en novembre 2017. Bien loin de son pic de février 2016 avec 55% d’opinions favorables. Durant cette année, c’est en avril (52%) et en juillet (51%)que l’opposition a le plus convaincu les personnes sondées.

Note: Chaque mois, DCDM Research interroge 600 personnes, représentatives de la population mauricienne, par téléphone pour réaliser ce baromètre.

Baromètre politique de DCDM Décembre 2010 by ION News on Scribd