Ils seront dans les rues, ce jeudi 9 mars. Pancartes et mégaphone en main. Ces employés d’autobus prévoient une marche pacifique. Ils se disent dans le flou quant à leur sort à cause du projet Metro Express.

Alors que la pose de la première de ce projet aura lieu ce vendredi 10 mars, ces travailleurs déplorent le manque de communication quant à leur avenir. Et veulent des éclaircissements sur leur sécurité d’emploi.

La marche rassemblera des représentants de cinq compagnies d’autobus : la National Transport Corporation, la Rose-Hill Transport, le Triolet Bus Service, le Mauritius Bus Service et la United Bus Service (UBS). Ils bénéficient du soutien du Front Commun Syndicats Transport.

Quelque 7 000 travailleurs sont concernés, indique Gessiyka Frivet, secrétaire de l’Association Travailleurs Transport Autobus.

Selon Gessiyka Frivet, qui est employée à la UBS, aucune explication ne leur a été fournie suite à l’annonce du projet de métro léger, cela alors que le tracé se situe sur une route que dessert déjà la UBS, par exemple. Un courrier adressé au ministère du Transport est resté sans réponse.

« Ce n’est pas une grève ni une manifestation. La marche se tiendra à l’heure du déjeuner des employés et le trafic n’en sera pas perturbé », souligne Gessiyka Frivet.

La marche débutera à 10h30 à partir de la gare Victoria, à Port-Louis, et se terminera devant l’Hôtel du gouvernement.