C’est en énumérant les actions déjà prises par son gouvernement que le Premier ministre a débuté son allocution à la nation à l’occasion du nouvel an. Pour Sir Anerood Jugnauth les mesures déjà prises jettent les bases d’une « stabilité sociale » malgré leur coût. Et d’expliquer que d’autres mesures déjà annoncées seront bientôt mises en œuvre. C’est le cas de la commission d’enquête sur la drogue qui débutera ses auditions dans les jours à venir. « J’invite la population à venir déposer », exhorte le Premier ministre.

Ailleurs, c’est l’engagement de « transparence et de méritocratie » à la tête d’institutions que SAJ dit vouloir appliquer et « compléter rapidement ». Il adresse au passage une mise en garde à ceux qui les ont dirigé jusqu’ici. S’ils se sont rendus coupables de mauvaise gestion ou de malversations, ils devront en payer le prix. « Je serai sans pitié », affirme SAJ. Celui-ci, confirme aussi la volonté de son gouvernement de procéder à des appels à candidatures pour pourvoir aux postes de Chief Executive Officers au sein de certaines institutions.

Sur un autre chapitre, le Premier ministre a annoncé le nouveau type de relations que le gouvernement entend avoir avec les organisations socioculturelles. La relation sera dorénavant axée sur la prévention des fléaux sociaux et la promotion de l’unité nationale. Ce qui amène SAJ à préciser que si lui et ses ministres répondront présents aux invitations des organisations socioculturelles « sérieuses », ils ne prendront dorénavant plus la parole durant leurs rassemblements.

L’agenda immédiat, selon SAJ reste toutefois dominé par l’économie. Qui occupera une large place dans le discours programme du gouvernement Lepep présenté le 27 janvier et dans le budget que Vishnu Lutchmeenaraidoo prévoit pour la mi-mars. Ces deux moments importants de son gouvernement ainsi que les actions qui suivront visent à la « reconstruction nationale » selon SAJ. Qui dit croire dans le « génie mauricien » basé notamment sur une collaboration efficace entre le gouvernement et le secteur privé et une « nation qui croit dans son destin ».

« Je veux terminer ma carrière dans la dignité et avec le sentiment du devoir accompli » a conclut SAJ avant de formuler ses vœux de bonheur et de prospérité aux mauriciens dont il dit être de Premier ministre de « tous, indistinctement ».