La décision avait été annoncée comme étant entérinée. Sur Radio Plus, le 27 avril, Mekraj Baldowa décrivait même ses priorités en tant que nouveau directeur général de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC). Toutefois, deux semaines plus tard, Amoordalingum Pather est toujours le patron de la radiotélévision nationale. Des cadres de l’institution laissent même entendre que celui-ci pourrait rester en place.

Ce qui est certain, c’est que l’actuel directeur général n’a pas reçu sa feuille de route jusqu’à présent. Recruté pour un contrat à durée déterminée d’un an, Pather est titulaire de son poste jusqu’à fin mai. Du coup, malgré la déclaration de Baldowa, les employés de la MBC décrivent une atmosphère business as usual. Le directeur actuel parle ainsi régulièrement des projets à venir et lance même de nouvelles émissions. Ce qui fait dire aux collègues de Pather que son contrat pourrait bien être renouvelé. Une possibilité que le principal concerné ne veut pas commenter. Refusant de répondre aux questions d’ION News.

La vieille garde à la MBC estime que Baldowa a probablement fait preuve de précipitation en commentant sa nomination. Ce que nie le principal concerné. « Il y a eu un malentendu », explique-t-il, en faisant référence à la nouvelle parue en ligne sur les sites de l’express et du Défi. Les deux médias ayant annoncé sa nomination par le Conseil des ministres, comme un fait. Alors que cela n’a jamais été le cas. Baldowa dit avoir fait une déclaration « en conséquence » à la radio. Si rien ne filtre du Prime minister’s Office (PMO) sur la nomination du prochain patron de la MBC, il nous revient que Baldowa demeure le favori pour le poste.

Ce qui filtre toutefois, c’est une autre confirmation… qui infirme une autre nouvelle parue dans la presse. En effet, les mêmes articles faisant état de la nomination de Baldowa à la direction de la MBC avaient également annoncé l’arrivée de Rudy Veeramundar au conseil d’administration de la corporation. Ce qui déplaît fortement au directeur de la communication du PMO. Qui déplore le «manque de professionnalisme» de ceux ayant rédigé la nouvelle et les attaques «purement politiques et bas de gamme» de ceux qui se sont aventurés à la commenter par la suite.

Entre-temps, à Moka, la question parlementaire d’Adrien Duval fait des vagues. Notamment avec l’allusion du député PMSD à l’effet qu’Ashok Beeharry, l’ancien Acting Director of News et actuel Desk Coordinator «is paid to sit in an office which is no longer his and has no work at all». L’élu bleu allant jusqu’à laisser entendre que ce dernier perçoit toujours les allocations de responsabilité qu’il touchait en tant qu’acting director of news.

Certains collègues de Beeharry affirment que Duval a raison mais qu’aucune action ne sera prise. Pather étant trop précautionneux à l’approche de la fin de son contrat. Ce que nie Ashok Beeharry, qui qualifie les accusations de Duval comme étant infondées. Il explique qu’ayant démissionné de son poste d’Acting Director of News, il a reçu une correspondance du conseil d’administration de la MBC lui signifiant que ses allocations de responsabilité lui seront retirées.

Le flou régnant actuellement à Moka se dissipera bien assez vite. D’ici la fin du mois, un nouveau patron y imprimera sa marque. Dans la continuité avec Pather ou le changement… mais toujours dans la continuité, avec Baldowa.