La Constitution de l’Inde reconnait des droits fondamentaux qu’on ne trouve pas dans celle de Maurice. A ce titre, explique Keshoe Parsad Matadeen, le droit indien est une source d’inspiration. Le Chef juge souhaite ainsi que des accords de coopération formels soient mis en place afin de favoriser les échanges entre le judiciaire de la Grande Péninsule et celui de Maurice.

Ces échanges, pense Keshoe Parsad Matadeen, sont cruciaux car les juges à Maurice doivent relever le défis de dire le droit dans un monde technologique changeant. Mais aussi au moment où le pays entame un débat de fond sur les conditions de détention et le principe de l’accusation provisoire.

Le Chef juge participait, ce samedi 26 novembre, à un séminaire dans le cadre du Constitution Day en Inde. Intervenant après la lecture de Keshoe Parsad Matadeen, Abhay Thakur  a assuré celui-ci que ses suggestions de coopération seront transmises à Delhi.  Le Haut commissaire de l’Inde à Maurice a également annoncé que le nouveau bâtiment de la Cour suprême, construite à l’aide d’un don indien, sera prêt d’ici deux ans.