« La foire Decaen = La foire indécent ». « Partou ena la foire 5 etoiles, Port Louis ena la foire poubelle »… C’est armés de pancartes portant ce genre de slogan et en scandant « Dominer nou pa le ! » que des marchands ambulants ont investi les rues de la capitale, ce mercredi 24 février. La municipalité de Port-Louis a entamé, depuis janvier, un exercice de relogement les visant. S’ils disent ne pas y être réfractaires, les marchands ambulants contestent en revanche depuis environ un mois les lieux identifiés pour les accueillir.

marche pacifique marchands ambulants

« Nous voulons une foire en bonne et due forme, couverte, qui prend en compte les normes sanitaires », insiste Hyder Rahman, président de la Street Vendors Association (SVA). Un plan de relogement « digne et humain ». Avec un espace pour embarquer et débarquer la marchandise, des sanitaires, une plus grande superficie allouée à chaque marchand (l’espace actuel, selon Annaas Aumeer, colporteur âgé de 23 ans, est de 1m40 par 1m40)… Des critères qui, selon Hyder Rahman, manquent cruellement à la place Decaen à la gare Victoria et la place de l’Immigration à la gare du Nord. Des lieux de surcroît ouverts aux intempéries et où les risques d’accumulation d’eau en cas de fortes averses sont réels, font valoir les marchands.

Hyder Rahman de prendre en exemple les nombreuses « foires 3-étoiles » construites à travers l’île par les conseils de district afin de régulariser les marchands dans leurs régions. Or, dans la capitale, dit-il, « la municipalité de Port-Louis, avec la bénédiction du gouvernement central, agit de manière dictatoriale ».

Hyder Rahman conteste également l’exercice d’allocation des étals aux marchands ambulants. Celui-ci est basé sur une étude faite en octobre 2015 que récuse la SVA en raison des conditions dans lesquelles elle a été menée. De plus, selon le président de cette association, des colporteurs qui exercent leur métier dans la capitale depuis 20-25 ans n’ont pas été retenus dans le cadre de cet exercice. Alors que d’autres personnes qui ont déjà un emploi se sont vu octroyer un espace, soutient Rahman.

marche pacifique marchands ambulants

S’il ne ménage pas ses critiques envers le conseil municipal – élu, à l’entendre, en raison du « soutien » des colporteurs –, le président de la SVA n’est pas tendre non plus envers le ministre des Collectivités locales, dont il réclame le départ. « Le ministre Anwar Husnoo ne prend pas en compte nos doléances », insiste Hyder Rahman. Il « n’écoute pas le petit peuple qui a contribué au progrès et au développement économique de ce pays », ajoute notre interlocuteur.

Revenant sur la marche pacifique qui a vu les marchands ambulants défiler du Champ-de-Mars à la rue Maillard, Hyder Rahman estime que cette « démonstration de force » était nécessaire. Les colporteurs, souligne-t-il, ne comptent pas relâcher la pression. « Nou pou mintenir nou presion e nou pozision », affirme le président de la SVA, jusqu’à ce que le gouvernement « prenne des décisions constructives » et cela, espère-t-il, « dans les jours qui viennent ».

marche pacifique marchands ambulants

Hyder Rahman rappelle que le Front commun des marchands ambulants, dont il fait partie, a « collaboré étroitement avec les trois gouvernements sortants ces quinze dernières années ». Les régimes précédents ont démontré leur volonté de trouver des solutions pour régulariser la situation des marchands ambulants, selon Hyder Rahman. Et de préciser que le projet de Hawkers’ Palace, qui abrite aujourd’hui la National Empowerment Foundation, avait été élaboré par le régime d’alors au début des années 2000 de concert avec les marchands, mais que le relogement ne s’est pas fait en raison du changement de gouvernement intervenu en 2005.

« Nous ne voulons en aucun cas freiner le processus de développement, nous voulons être régularisés. » Une liste de leurs demandes/propositions – qui inclut la construction de « deux foires situées entre les deux gares » – a d’ailleurs été déposée au ministère des Infrastructures publiques, qui a présenté récemment les plans de modernisation des gares de la capitale. Une copie a aussi été remise au ministre Husnoo, au lord-maire ainsi qu’au Commissaire de police.

Photos : Annaas Aumeer

12122708_1574832102840870_6813566422786133646_n