Les discours d’ouverture lors d’une conférence-débats sur les nouveaux facteurs de confiance dans la vie publique ont donné l’occasion à l’Attorney General de questionner les grands classements internationaux.

Interpellé par Rajen Bablee, le directeur de Transparency Mauritius (TM), le ministre de la Justice a estimé que les organisations comme Transparency International ou Mo Ibrahim doivent également rendre des comptes sur la manière dont elles compilent leurs classements. La société civile, y compris les ONG, doit elle aussi se soumettre aux principes de la gouvernance, suggère le ministre.

«Politique et gouvernance: les nouveaux facteurs de confiance dans la vie publique» était le thème du débat organisé à l’Institut Français de Maurice par TM en collaboration avec l’Ambassade de France et celle de l’Union européenne à Maurice.

Anthony Duplan, chef du bureau du droit constitutionnel et du droit public général au ministère de la Justice français, Laurène Bounaud, déléguée générale de Transparency International France ainsi que Rabin Bhujun, le directeur éditorial d’ION News ont débattu sur le financement politique, l’éthique et la transparence ainsi que sur le principe du gouvernement ouvert. Retrouvez un résumé vidéo du débat, ce jeudi, sur ION News.