Que le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu) rappelle à Maurice ses engagements sur la question de la déclaration ethnique. C’est ce que souhaite Rezistans ek Alternativ (ReA). Le parti au papillon a adressé une lettre [à lire ici] en ce sens à Ban Ki-moon, qui débarque au pays demain soir.

Dans la missive, ReA fait un bref historique du cas porté par ce parti politique devant le Comité des droits humains de l’Onu et qui a trouvé en 2012 que l’Etat mauricien, en obligeant un candidat aux élections législatives à déclarer son appartenance ethnique, est en violation de l’article 25 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

Autre point que le parti au papillon souhaite que Ban Ki-moon aborde avec les autorités mauriciennes, indique Veena Dholah : le « retour des Chagos à Maurice ». L’excision « injuste » de l’archipel au moment de notre indépendance, rappelle-t-elle, contrevient aux dispositions de la déclaration du 14 décembre 1960 sur le « respect de l’intégrité territoriale de tous les peuples ».

Propositions budgétaires

Ashok Subron s’est, pour sa part, surtout attardé sur les propositions du parti au papillon dans le cadre du grand oral de sir Anerood Jugnauth, prévu début juin. Celui-ci doit « amorcer une remise en question et poser les jalons pour les 50 ans à venir », soutient le membre de ReA.

Parmi les 12 points mis en avant [à lire ici], on note l’introduction d’une série de mesures fiscales :

  • une currency transaction tax pour « capter une partie des marges qui profitent aux corporations »
  • une taxe nominale de 1% sur toutes les transactions offshore
  • un système de taxation différentiel au lieu d’un flat rate tax
  • le paiement par les Independent Power Producers d’un MID levy – le non-paiement représente un manque à gagner « d’environ Rs 1 milliard pour les caisses de l’Etat », estime Ashok Subron.

SAJ devrait oser avec ce Budget, poursuit-il, et « instaurer une nouvelle mesure économique parallèle » au produit intérieur brut. Cela afin de « réévaluer et réorienter l’économie vers la création d’emplois durables et le développement social et économique ». Autre mesure qui favoriserait la création d’emploi : la baisse de l’âge de la retraite à 62 ans.

Le parti au papillon souhaite également voir l’introduction d’un sustainability and social index qui servira de critère dans le cadre de l’allocation de contrats publics.

Le salaire minimal devrait aussi être instauré dans le cadre du Budget 2016-2017, soutient Ashok Subron. Celui-ci salue d’ailleurs le fait que le vote du National Wages Consultative Council Bill, prévu initialement pour ce mardi 3 mai, a été reporté.

« Nous demandons au gouvernement de ne pas se précipiter », déclare Ashok Subron, qui réaffirme le soutien du parti aux centrales syndicales qui se sont élevées contre ce projet de loi « inacceptable » en l’état. La General Workers Federation et le Joint Negotiating Panel du secteur sucre ont rencontré le ministre Callichurn, durant la semaine écoulée, pour discuter des 12 amendements qu’ils proposent, relève Subron.

« Mauvaise politique »

Celui-ci indique, par ailleurs, que Rezistans ek Alternativ compte déposer, le lundi 9 mai, devant la Commission d’enquête sur les drogues. Cela malgré ses « ‘terms of reference’ très, très restrictifs et conservateurs qui ne laissent aucun espace pour une remise en question de la politique répressive sur les drogues », fait ressortir le membre du parti au papillon.

Selon lui, la « défiance » des rastas à Port-Louis – manifestation qui a dégénéré en interpellation policière musclée suite à la présence de plants de gandia – découle de la « mauvaise politique » du présent régime vis-à-vis des drogues mais aussi, « directement, de la façon dont la Commission d’enquête sur les drogues a été instituée ».

Ashok Subron lance un appel au gouvernement pour soit amender les terms of reference de la Commission, soit proposer un « espace pour une réflexion commune et raisonnée sur la faillite des mesures répressives dans la lutte contre les drogues ».

Photo : Veena Dholah, Ashok Subron, Mario Jean, Aichah Soogree et Dany Marie lors de la conference de Rezistans ek Alternativ, ce samedi 7 mai, à Moka.