Du 28 avril au 30 avril, l’association Terrain for Interactive Pedagogy through Arts (TIPA) organise sa quête annuelle. Et pour cela, elle a besoin d’au moins 125 volontaires. Les fonds récoltés bénéficieront aux 360 élèves des écoles primaires de Tranquebar, Vallijee et Pointe-aux-Sables, où intervient l’association. L’intérêt de ce geste est de « Donn zanfan plis valer », explique l’association dans un communiqué.

TIPA œuvre depuis 2007 au développement des enfants dits « vulnérables », de 3 à 12 ans, qui fréquentent des établissements sont classés dans les zones d’éducation prioritaire. A travers le respect mais également la participation, l’équipe permet aux enfants « de partager leurs opinions et de développer la confiance en soi » de même que des valeurs citoyennes, explique Camille Sénèque, Awareness and Training Coordinator.

Pour cela, l’association utilise l’art, notamment visuel et dramatique, mais également une pédagogie interactive. Les sessions se font en collaboration avec les enseignants.

TIPA compte 6 employés à plein temps. Et compte sur nombre de bénévoles, dont des artistes, pour les interventions et ateliers dans les écoles, à raison d’une à deux fois par semaine. Si l’association bénéficie de financement du privé à travers le Corporate Social Responsibility, cela ne suffit toutefois pas à soutenir l’ensemble des activités prévues sur l’année.

Outre la récolte de fonds, il est possible de contribuer tout au long de l’année. Les individus peuvent aussi faire des dons de manière ponctuelle ou en adhérant à la campagne Support a child. Celui-ci permet, à travers une contribution mensuelle, de soutenir un enfant sur l’année.

Parce que « certains enseignants sont parfois déconnectés de l’univers de leurs élèves », explique Camille Sénèque, l’association s’adresse notamment à eux dans son plan d’action pour 2016-2020. TIPA leur propose « de mieux comprendre les environnements dont sont issus leurs élèves afin de trouver une meilleure stratégie d’éducation », développe l’Awareness and Training Coordinator.

Le plan d’action met en avant la nécessité de privilégier l’implication des différents acteurs : enfants, parents, enseignants, ministère de l’Education, citoyens. L’association met ainsi l’accent sur leurs « capacités d’action ».

L’ONG encourage ainsi les parents à s’investir dans ce projet d’accompagnement de leurs enfants. « Elle les implique dans le travail de leurs enfants et leur apprend des activités à reproduire à la maison », avance Camille Sénèque. Cette sensibilisation leur offre ainsi « une pratique d’éducation alternative » qui peut être répercutée au sein des familles.

Les parents peuvent d’ailleurs voir les créations de leurs enfants lors du festival Art’la li la et y participer activement. A terme, l’association envisage d’étendre ses actions, au sein même de la communauté, par le biais d’ateliers créatifs à partir de juin prochain.

Les volontaires peuvent s’inscrire auprès de Nathalie au 59.15.29.79 ou en écrivant à [email protected]

Photo : Tipa.mu

programme quete TIPA fin avril