Le leader de l’opposition est en déplacement à l’étranger. A Londres pour deux semaines, Xavier Duval a rencontré son homologue britannique Jeremy Corbyn. Celui-ci l’a notamment invité à la House of Commons pour assister aux débats parlementaires, en particulier la tranche dédiée aux questions au Premier ministre.

Les deux hommes ont aussi eu une session de travail, ce mercredi 13 septembre. A l’agenda des discussions : le dossier Chagos, dont Diego Garcia – le leader du Labour Party est un défenseur du droit de retour sur l’archipel ; l’éducation, incluant l’enseignement supérieur ; et la récente campagne électorale au Royaume-Uni.

Corbyn et Duval ont aussi parlé de la situation au Moyen-Orient, et le conflit entre l’Arabie saoudite et le Qatar.

La tension entre ces deux pays est montée de plusieurs crans en juin dernier quand l’Arabie saoudite et ses alliés du Golfe, les Emirats Arabes unis, l’Egypte et le Bahrein, ont décidé de couper tout lien diplomatique et commercial avec le Qatar. Accusant celui-ci de soutenir l’Iran et le terrorisme. Les trois pays du Golfe devaient par la suite imposer une liste de 13 conditions non négociables au Qatar pour rouvrir les frontières. Ce que le Qatar a refusé.

Début septembre, il semblait que la glace allait se briser. Le 8 septembre, le prince Mohammad Ben Salman s’était entretenu au téléphone avec l’émir qatari Cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. La perspective de négociations autour d’une table semblait alors réelle. Après un article publié par l’agence de presse officielle Qatar News Agency relatant la conversation, l’Arabie saoudite a décidé de suspendre les discussions, accusant le Qatar de «déformer les faits». Les échanges assez vifs entre  les représentants de ces pays du Golfe et du Qatar, ce mardi 12 septembre au Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe, ne devraient rien arranger.