Raffick Sorefan récuse le qualificatif d’« opposition loyale » que certains appliquent au Mouvement patriotique (MP). Pour le député de La Caverne/Phoenix, il n’est pas nécessaire d’être « agressif » pour être un parti d’opposition. Le parlementaire confie toutefois être en contact avec des ministres, qu’il « conseille » parfois. Car, au final, « kan gouvernman fonksione, se lepep ki gagnan ».

Il y a eu des discussions « high level » entre Alan Ganoo et de hauts cadres de l’Alliance Lepep pour une éventuelle intégration du MP ? Raffick Sorefan dit ne pas être au courant. En revanche, il assure que toute « proposition » sera étudiée par le comité national. Car si le parti de la rose est « prêt à discuter » de cette éventualité, cela ne sera pas « à n’importe quel prix », insiste Raffick Sorefan.

Revenant sur sa démission et celles de ses camarades du MMM, Sorefan le répète : Paul Bérenger ne mène pas les mauves dans la bonne direction. Le parti du cœur, qui « dégringole », peinera sans doute à se relever d’autant qu’il sera « difficile » de trouver un successeur à son leader actuel, estime Sorefan.

Celui qui a siégé sur le comité parlementaire sur le live broadcasting des débats à l’Assemblée nationale estime, par ailleurs, que la diffusion pourrait démarrer d’ici six mois.