Il en est convaincu : le tourisme a un fort potentiel économique pour Maurice si on va au-delà cliché « soleil, mer, plage ». Shopping, business, conférences… les types d’offres pour notre destination doivent se diversifier, soutient Sen Ramsamy. Surtout au vu des « prix bradés » pratiqués dans nos hôtels, comparés à ceux de pays voisins plus authentiques.

Les marchés asiatique et africain, avec environ 2 milliard d’habitants, favoriseront fortement ce boost. Tout comme la venue de transporteurs low-cost chez nous. Ce qu’il faut, dit Sen Ramsamy, c’est de l’ouverture : au niveau de l’accès aérien, mais aussi de l’esprit.

Le low-cost n’est pas une menace pour Air Mauritius ? Celle-ci, estime l’expert en tourisme, est dirigée par une équipe compétente, qui  pourra mettre de l’ordre en interne mais aussi faire face aux pressions extérieures. Les dirigeants actuels, poursuit-il, sont susceptibles de prendre les décisions qu’il faut pour affronter la compétition, notamment pour exploiter plus de liaisons sur l’Asie et l’Afrique.

Revenant sur le drame survenu à Grande-Rivière-Sud-Est, Sen Ramsamy rappelle que la sécurité en mer est une question de rigueur et de discipline.

Note : En raison d’un problème de connexion, il manque les premières images de l’interview, qui est diffusée en live.