Pou sa profeser liniversite, ki ousi prezidan Creole Speaking Union, bann se ki pa anvi ki kreol rant dan Parlman pa’nn avans okennn largiman valab. Pou sa lingwis-la, prezans kreol dan Lasanble nasional pa fer okenn dout etan done ki 94% Morisien servi sa lang-la.

Arnaud Carpooran konsed sa pwin-la : kreol ena ankor pou ale avan li trouv so plas, sirtou onivo bann linstitision ek dan lekol. Sa pa vedir, li azoute, ki nou lang maternel ankonkirans avek angle ou franse. Carpooran, ki alabaz proze Diksioner Morisien, dir ki, okontrer : pou ki Morisien kapav metriz sa trwa lang-la, natirelman, bizin etidie kreol, konpran ki manier li fonksione.

– – –

Le professeur d’université et président de la Creole Speaking Union estime qu’aucun argument valable n’a été avancé par ceux ne souhaitant pas l’utilisation du kreol morisien au Parlement. Pour le linguiste, avec plus de 94% de la population parlant la langue, celle-ci a sa place à l’Assemblée nationale.

Si Arnaud Carpooran estime que le kreol morisien a encore du chemin à parcourir pour trouver sa place surtout dans les institutions et dans l’enseignement, il en le place nullement en concurrence avec l’anglais ou le français. L’auteur du Diksioner Morisien estimant que le Mauricien doit vivre pleinement un trilinguisme naturel pour lui.