Lors du dernier Conseil des ministres, les îles d’Agaléga sont revenues à l’avant-plan. Il était notamment question des améliorations à apporter au niveau de la liaison maritime et aérienne. On apprend ainsi qu’une jetée et une piste d’atterrissage seront construites avec l’aide du gouvernement indien.

« Avec la collaboration du gouvernement indien, explique Arvin Boolell, ministre des Affaires étrangères, nous allons aménager des infrastructures à Agaléga dont une nouvelle piste d’atterrissage, un bâtiment administratif et une nouvelle jetée. » C’est, poursuit le ministre, un projet « de longue haleine qui aboutit enfin » et qui a « été conçu sans aucune préférence géopolitique ». Le suivi sera assuré par le ministère des Collectivités locales et le bureau du Premier ministre.

A plusieurs reprises, l’idée que Maurice cède Agaléga à la Grande péninsule a été évoquée. En juillet 2012, par exemple, le Times of India reprenait encore la question, avançant que Maurice mettait ces îles à l’entière disposition de l’Inde, dans le cadre des négociations sur le traité de non-double imposition. Ce qu’avait démenti avec véhémence Arvin Boolell.

En tout cas, l’affaire a été suivie de près par les Américains, car abordée dans des câbles diplomatiques en 2006. Les échanges font état des spéculations sur l’utilisation éventuelle, par l’Inde, des îles d’Agaléga comme base militaire ou navale. Ramgoolam avait d’ailleurs démenti cela au Parlement, et insisté sur le fait que les discussions portaient uniquement sur le développement économique et infrastructurel.

Photo : Wikimedia