Ils veulent que Xavier Duval intervienne auprès du président du conseil d’administration de la Cargo Handling Corporation Ltd (CHCL). Les représentants des employés qui y siègent ont adressé aujourd’hui une lettre en ce sens au Deputy Prime minister. Mohunlall Bhundoo et Sada Kistnen demandent «au ministre responsable» de la CHCL d’intervenir pour que Robert Pallamy, président du conseil d’administration, convoque une réunion spéciale et urgente.

Les items qui, pour les représentants des employés, devraient figurer à l’agenda de cette rencontre :

– revoir la décision de licencier Alain Edouard, le réintégrer et rétablir ses droits,

– examiner une motion demandant la suspension de Gassen Dorsamy et Kiran Dahari en attendant les conclusions des enquêtes initiées par le CCID et le ministère du Travail.

Mohunlall Bhundoo et Sada Kistnen écrivent que Robert Pallamy a refusé de considérer la motion qu’ils ont présentée pour suspendre toute décision du board à cause des enquêtes en cours au niveau du ministère du Travail et du Central Criminal Investigation Department (CCID).

Ils avancent qu’en agissant ainsi, le président du conseil d’administration a bafoué les droits des employés de la CHC et violé les règlements de la compagnie. Plus grave : Robert Pallamy a, selon eux, «décidé délibérément» de ne pas laisser le board considérer «tous les faits et circonstances» concernant le cas d’Alain Edouard.

Les employés estiment également que la direction de la CHCL a induit le conseil d’administration en erreur. Comment ? En avançant que la récente décision du comité disciplinaire à l’encontre d’Alain Edouard «était la 3e [de ce type] en un an». Or, avancent-ils, la Port-Louis Maritime Employees Association (PLMEA) a contesté les «avertissements» qu’a reçus Alain Edouard, qui n’avait jusqu’ici pas fait l’objet de comité disciplinaire indépendant.

Alain Edouard s’est rendu, en début d’après-midi aujourd’hui aux Casernes centrales. Avec l’intention de déposer une bande sonore. Celle-ci prouve, selon le président de la PLMEA, que le Managing Director de la CHCL aurait fait pression sur lui.

Dans un affidavit juré le 3 mars, Alain Edouard allègue que Gassen Dorsamy lui a proposé un ʻarrangementʼ pour lui éviter de perdre son emploi. Des accusations qu’il a portées devant le Central CID, début mars, mais aussi au ministère du Travail.

L’inspecteur chargé de l’enquête étant absent aujourd’hui, le syndicaliste devrait être reçu demain ou après-demain, apprend-on.

Le ministère du Travail a d’ailleurs convoqué Gassen Dorsamy aujourd’hui dans le cadre de la plainte d’Alain Edouard. Le Managing Director a été entendu au département de conciliation et de médiation, fait-on comprendre au ministère.

Du côté de la PLMEA, on avance par ailleurs que le syndicat n’a émis aucun mot d’ordre pour un go-slow au niveau des activités portuaires. Nos recoupements indiquent cependant que le refus de certains employés de faire des heures supplémentaires pourrait expliquer le fait que le travail tourne au ralenti.

Nos tentatives pour joindre Gassen Dorsamy quant aux allégations dont il fait l’objet et la situation à la CHCL se sont avérées vaines.

Photo : Alain Edouard (2e à partir de la g.) s’est rendu aux Casernes centrales aujourd’hui accompagné des hommes de loi Iqbal Hematally et Arvin Ramsohok, ainsi que de Shakeel Baulum, de la PLMEA et candidat aux élections des membres du conseil d’administration de la CHCL, qui auront lieu ce 31 mars.