Follow Us On

Slider

Comment blanchir son argent sans attirer l’attention sur soi ? Outre l’élevage de cochons et la restauration rapide qui permettent de remettre l’argent sale dans le circuit, la location de bulldozers figure désormais sur cette liste rouge. Afin de confirmer ses doutes, l’Independent Commission against Corruption (ICAC) a démarré une enquête sur les propriétaires de tractopelles – dont l’achat d’un de ces engins de chantier dépasse le million de roupies – qui les louent à prix d’or.

L’ICAC s’est intéressée à ce secteur particulier après l’arrestation ratée du suspect Marc Hansley Désiré Neptune, un maillon important du réseau de trafiquants opérant à côté du terrain de football de Cité Kennedy, à Quatre-Bornes. Ce réseau toujours très actif et qui emploie une trentaine de «jockeys» est dirigé depuis de longues années par les proches du caïd emprisonné Curly Chowrimoothoo, alias Ti Nana, et de France Townsend, aussi dit France Béton, un trafiquant déjà condamné.

Marc Hansley Désiré Neptune, alias Coco, s’était enfui à bord d’un de ces JCB alors qu’il travaillait sur un chantier à Floréal. Des limiers de la Commission anticorruption étaient à sa recherche dans le cadre de l’enquête sur l’arrestation de trois Mauriciens au port de plaisance de Sainte-Rose, à La Réunion, avec 6,2 kilos de gandia et 42,2 kilos d’héroïne dont la valeur marchande frise les Rs 600 millions.

Il est soupçonné d’avoir facilité l’achat de vedettes rapides qui ont été utilisées pour acheminer de l’héroïne depuis Madagascar. Quelques mois avant la saisie à Sainte-Rose, 5,6 kilos d’héroïne valant Rs 100 millions de roupies et importés selon le même procédé avaient été retrouvés par l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) dans la maison de Curly Chowrimoothoo, à Cité Kennedy.

Malheureusement, pour la deuxième fois, Marc Hansley Désiré Neptune a pu s’enfuir grâce à l’aide «armée» des «jockeys» du réseau Chowrimoothoo/Townsend, à Cité Kennedy. Avec la saisie de la tractopelle le vendredi 7 décembre, l’ICAC croit savoir qu’une dizaine de ces engins ont été acquis grâce à l’argent de la drogue.

Facebook Comments

1er étage, Bâtiment Jamalacs,
Rue du Vieux Conseil, Port Louis

Rédaction : [email protected]
Publicité : [email protected]

Téléphone :  212 75 90
Fax :  212 74 91

More in Main sliders, News
[Vidéo] Raheman Peerbocus, l’industriel qui a démarré comme vendeur de sacs en plastique

Après être passé de vendeur à distributeur de sacs en plastique, Raheman Peerbocus a fini par lancer son usine en...

Close