L’initiative vient d’un médecin qui œuvrait déjà pour la paix intercommunautaire. En pleine tourmente, il s’attèle à réunir les deux chefs politiques les plus influents auprès des communautés créole et musulmane: Sir Gaëtan Duval et Sir Abdul Razack Mohamed. La police les soupçonne fortement d’attiser les tensions.

Les leaders du PMSD et du Comité d’Action Musulman entendent raison et signent un communiqué conjoint appelant au calme et à la réconciliation. Le retour au calme sera toutefois lent. Au fil des mois, la face et la sociologie de Port-Louis s’en trouvent changées.

En trois récits, Jean Claude de l’Estrac raconte les événements tragiques de début 1968. Un chapitre de son livre Passions politiques est consacré à cette période dont les effets sociologiques et politiques se font toujours sentir, 50 ans plus tard.

Voir aussi les deux parties précédentes, «La Genèse» et «L’Embrasement».