Au fil des expéditions punitives, des innocents sont tués à coup de sabre et leurs maisons lapidées. Ce qui entraîne l’exode d’une partie de la population de Port-Louis vers les Plaines Wilhems.

La méfiance des musulmans envers la police contraint Sir Seewoosagur Ramgoolam à faire appel à des troupes étrangères, stationnées en Malaisie. Mais malgré leur présence et l’installation d’un couvre-feu, le nombre de morts augmente…

En trois récits, Jean Claude de l’Estrac raconte les événements tragiques de début 1968. Un chapitre de son livre Passions politiques est consacré à cette période dont les effets sociologiques et politiques se font toujours sentir, 50 ans plus tard.

Retrouvez le dernier récit, ce dimanche 28 janvier. La première partie, «La Genèse», est consultable ici.