Mahen Jhugroo continue de s’intéresser à l’entourage de l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam. Ce mardi, c’est sur Laurent Obadia que le Chief Whip de la majorité a interrogé Etienne Sinatambou. Celui-ci a détaillé le montant des salaires perçus par l’ex-Senior Trade Adviser rattaché à l’ambassade de Maurice à Paris. Mais aussi d’autres prestations dont a bénéficié le Français sous l’ère Ramgoolam.

Laurent Obadia, explique le ministre des Affaires étrangères, a été embauché sous contrat en mars 2006 pour une durée initiale de trois ans. Son contrat, a par la suite, été renouvelé chaque deux ans, pour arriver à échéance le 28 février dernier. Le spécialiste en communication a toutefois soumis sa démission le 16 janvier de cette année.

Le montant total des salaires qui lui ont été versés s’élève à Rs 28 130 92. De cette somme, Rs 1 194 000 lui ont été attribuées comme « gratification ». Soit pour récompenser ses services jugés satisfaisants de mars 2007 à février 2014. Les réponses qui ont étonné plus d’un dans l’hémicycle, des exclamations fusant de part et d’autre des travées.

Sinatambou précise que, selon les informations obtenues de l’ambassade de Maurice à Paris, il n’y a pas eu de paiements effectués en termes de billets d’avion ni de per diem alloués pour les cinq missions officielles de Laurent Obadia de 2007 à 2014. Le ministre des Affaires étrangères n’a pas caché son étonnement quant aux informations fournies par le Bureau du passeport et de l’immigration, qui font état de 40 visites de Laurent Obadia à Maurice. « The matter is still being looked into », dit le ministre.

Séjours aux frais de l’Etat

Quel était le but de ses visites et qui les a financées ? l’a encore interrogé Mahen Jhugroo. On compte 4 voyages d’affaires et 36 pour des vacances selon le Commissaire de police, poursuit Sinatambou. Ce dernier ajoute que pour pas moins de 30 voyages, les billets d’avion ont été financés des fonds publics. Or, le contrat d’Obadia ne comprenait pas ce type de bénéfices. Le Français a également été hébergé aux frais de l’Etat à l’hôtel de Trou-aux-Biches, en 22 occasions.

Répondant à une nouvelle question de Mahen Jhugroo, Sinatambou a aussi fait ressortir que les informations contenues dans le CV déposées par Obadia en 2006 sont contradictoires. Ce qui a amusé la majorité des parlementaires présents sauf Shakeel Mohamed. Visiblement agacé par le portrait dressé par Sinatambou, le député rouge estime que le ministre aurait volontairement omis de faire mention du fait que Laurent Obadia a été désigné meilleur directeur de communication en France et qu’il est directeur de la communication du groupe Veolia.

« I am not blurring anything », réplique alors Sinatambou. Et de poursuivre : « Je remercie le député Shakeel Mohamed d’avoir fait ressortir ces points car je trouve choquant et scandaleux que Laurent Obadia occupait un poste aussi exigeant et complexe que celui de ‘Senior Trade Advisor’ tout en étant également directeur de communication. »

Photo : 24matins.fr