Le ministre n’a que peu goûté aux critiques formulées par les pèlerins au sujet des hôtels qui ont été réservés pour le Hajj 2016. Showkutally Soodhun balaie d’un revers de main les reproches et voit même dans certaines critiques des relents politiques.

Du coup, le ministre se montre presque menaçant. Les pèlerins doivent faire preuve de discipline. Ce qui n’aurait pas été le cas, selon lui, l’an dernier. Au cas contraire, prévient Soodhun, les récalcitrants finiront au cachot en Arabie Saoudite.