Les dernières informations disponibles suggèrent que le Boeing 777 de Malaysia Airlines disparu depuis samedi aurait viré de bord après avoir perdu tout contact avec le sol. Les autorités militaires malaisiennes pensent que le vol MH370 a volé pendant plus d’une heure après que la communication avec l’appareil a été interrompue.

Selon un journal malaisien citant le général Rodzali Daud, hier, le Boeing a été repéré par un radar militaire volant à plus basse altitude, près de l’île de Pulau Perak, au nord du détroit de Malacca. Soit à 500 km à l’ouest de son dernier point de contact, au large de la côte sud du Vietnam, avec les radars des services de contrôle aérien civils.

Le chef de l’armée malaisienne a cependant démenti avoir donné cette information. Il concède, en revanche, que l’armée « n’a pas exclu la possibilité d’un demi-tour en vol ». Conséquemment, la Malaisie a étendu la zone de recherche et de sauvetage à la mer d’Andaman, à l’ouest de la péninsule malaisienne.

Si cela s’avère que le Boeing a effectivement changé de trajectoire, la théorie d’une catastrophe ou d’une avarie soudaine qui aurait empêché le personnel de bord de communiquer avec les tours de contrôle s’effondrerait. Et expliquerait pourquoi, jusqu’ici, aucun débris de l’appareil n’a pu être retrouvé malgré le déploiement, important, de 42 navires et 39 avions d’une dizaine de pays.

Le ministre malaisien de la Défense et ministre suppléant aux Transports s’est même tourné vers les réseaux sociaux, hier.

tweet ministre malaisien

DigitalGlobe, qui alimente Google Earth, a ainsi positionné ses cinq satellites en direction de la mer de Chine. Et le site de crowdsourcing Tomnod a été rendu indisponible durant la nuit en raison du nombre important d’internautes venus aider à vérifier les zones de recherches, qui a depuis été étendu.

tweet tomnod

Le mystère s’épaissit donc concernant ce qui a bien pu se passer sur ce vol qui devait atterrir à Beijing. La piste de l’attentat terroriste paraît de moins en moins plausible. « Plus nous recevons d’informations, a déclaré, hier Ronald K. Noble, secrétaire général d’Interpol, plus nous sommes enclins à conclure que ce n’est pas un incident terroriste. »

D’abord, il n’y a eu aucune revendication cinq jours après la disparition Boeing 777. Ensuite, les deux passagers ayant embarqué avec des passeports volés sont des Iraniens sans connexion avec des réseaux terroristes, a déclaré Interpol suite à l’enquête menée. Ce serait plutôt d’immigration clandestine, a souligné Ronald K. Noble.

tweet interpol clandestins

Les proches des passagers disparus sont, pour leur part, toujours dans l’incertitude et l’incompréhension. Ceux de 19 Chinois disparus ont appelé leurs portables, devant caméras, pour se rendre compte que les mobiles sonnaient toujours. Les familles des 153 passagers chinois ont décliné l’assistance financière de Malaysia Airlines, une proche déclarant : « Ce n’est pas une question d’argent, mais des gens. Des gens à bord de cet avion. Nous voulons qu’ils rentrent. »

Source : National Geographic, BBC, Le Figaro, The Guardian

Photos : BBC, Twitter