Une femme, cliniquement morte, est gardée en vie au Texas depuis une chute en novembre. La raison : les lois de l’Etat contraignent l’hôpital où elle est admise à la maintenir en vie à cause de sa grossesse. Marlise Munoz, une infirmière de 33 ans, avait déjà déclaré à son époux et à son père qu’elle était contre le fait d’être maintenue en vie si jamais elle se retrouve dans un état végétatif.

Son époux, Erick Munoz, déplore que le fait que le vœu de sa femme ne soit pas prise en compte à cause des lois texanes. Celles-ci obligent les médecins à garde en vie une femme enceinte si le fœtus qu’elle porte a une chance de survivre. « Les gens devraient avoir le droit de prendre de telles décisions car ils connaissent la personne (cliniquement morte) mieux que quelques législateurs », a expliqué au journal Fort Worth Star-Telegram le mari de l’infirmière. Qui rappelle que les médecins traitants attendront encore quatre semaines avant de décider de la débrancher ou pas. Le journal texan rapporte que selon certains employés du John Peter Smith Hospital, où Munoz est admise, le fœtus a très probablement été privé d’oxygène pendant que Marlise Munoz était restée inerte pendant une heure dans sa cuisine, après sa chute.

Un porte-parole de l’hôpital a déclaré que « le personnel suit seulement la loi », même si c’est une décision difficile. Les critiques fusent au sujet du traitement de Munoz aux Etats-Unis. Robert Fine, un expert en éthique médical, a ainsi expliqué au magazine TIME que la loi ne peut forcer les médecins à tout faire pour garder un patient en vie alors qu’il est déjà mort. Une pétition circule en ce moment aux Etats-Unis. Elle demande à ce que Marlise Munoz soit débranchée des appareils qui la maintiennent en vie.

Photo : Le couple Munoz en compagnie de leur fils quelques mois avant le drame (source : Facebook).