« Le gouvernement pourrait reconsidérer le ‘Light Rail Transit System’. » Cela dans le cadre du Programme de décongestion routière. C’est ce qu’a indiqué Nando Bodha au Parlement, hier. Le projet de métro léger revient sur le tapis suite aux « récentes négociations » avec l’Inde comme « l’une des options » pour résoudre le problème d’embouteillage.

Le Budget du Programme de décongestion routière a été revu à la baisse, passant de Rs 34 milliards à Rs 15 milliards.

De source indienne, ION News avait confirmé dès la semaine dernière le retour du métro léger, présenté comme le ‘Metro Express’.

La Road Development Authority a signé un Memorandum of Understanding, le 5 avril dernier, avec la Korea Expressway Corporation (KEC), le régulateur sud-coréen. A une interpellation du député Sorefan, le ministre des Infrastructures publiques s’est engagé à rendre public cet accord.

Les principaux objectifs de ce partenariat sont l’échange de savoir-faire dans le domaine des transports et une collaboration pour la mise en œuvre du Programme de décongestion routière. L’expertise de la Corée du Sud, rappelle Bodha, est reconnue mondialement pour ce qui est de la construction de routes, ponts et tunnels modernes.

A la demande du ministre des Infrastructures publiques, une équipe de la KEC est venue à Maurice en novembre 2015 puis en mars dernier. Celle-ci a soumis son « final Mission Report », en avril, note Bodha. Le document est actuellement à l’étude au niveau du gouvernement.