L’article de l’hebdomadaire Week-End avait fait grand bruit. Elle montrait le Premier ministre dans un rare moment d’intimité. Non pas à Maurice mais à Londres, sortant de sa Rolls-Royce Phantom pour se rendre dans une petite épicerie du coin à Picton Place.

981669_569635186467524_5687300089648995154_o

Immédiatement, c’est le véhicule qui a retenu l’attention des lecteurs et des internautes commentant l’article et les clichés du journal sur les réseaux sociaux. La Phantom, d’une cylindrée de 6749 cc, n’est en fait pas donnée. Son prix démarre à 400 000 USD (soit plus de Rs 12 millions). La luxueuse berline de Ramgoolam, portant la plaque RR10 RAM, a été immatriculée le 1er juin 2010 auprès de la Driver and Vehicle Licensing britannique.

Mais au-delà du prix et des performances de la berline, ce sont les photos publiées qui intriguent. Dans l’article de Week-End, il est expliqué que les clichés de Ramgoolam ont été pris le samedi 5 avril. Or, une analyse des métadonnées des deux clichés [qui circulent également en versions non recadrées depuis dimanche dernier sur Facebook] contient une anomalie. En effet, selon les données cryptées de l’image, les clichés auraient été pris… le 25 janvier 2012.

photo_exif_data_navin

Certes, les métadonnées peuvent être effacées pour empêcher d’avoir des informations sur les circonstances dans lesquelles les photos ont été prises. Mais seule une intervention d’expert permet de modifier les métadonnées et de les antidater. Si les métadonnées des photos n’ont pas été trafiquées, des questions se posent alors. Quand et par qui les photos ont-elles été prises ? Les images publiées dans Week-End et sur Facebook sont-elles les seules qui existent ?

Selon certains recoupements, des détectives privés auraient été recrutés pour suivre à la trace Navin Ramgoolam lors de ses fréquents stop-overs à Londres. La photo viendrait-elle au secours de certains de ses adversaires politiques ? Réponse probable durant la prochaine campagne électorale… qui pourrait ne pas être si éloignée.