Le Front commun Travayer Social s’est, de nouveau, mobilisé devant le Parlement ce matin. Ses  revendications sont les mêmes : que l’Assemblée nationale, qui sera en session cet après-midi, soit dissoute. Et que des élections générales soient organisées au plus tôt. Salim Muthy et Jameel Peerally étaient accompagnés de deux autres sympathisa

Le Front commun Travayer Social (FCTS) s’est, de nouveau, mobilisé devant le Parlement ce matin. Cette fois-ci, c’est « l’abolition du Best Loser System », affirme Salim Muthy, qui a réuni la poignée d’activistes. Cela, en dépit du fait que la Public Gathering Act n’autorise pas de manifestation publique le jour où l’Assemblée nationale est en session. La police est d’ailleurs intervenue pour mettre fin à cette faible mobilisation.

Pour le FCTS, l’amendement constitutionnel, qui sera probablement voté ce soir, a été présenté « pour faire plaisir à deux leaders » et « pour bâtir l’empire de leurs partis ». Salim Muthy déplore ainsi le fait que l’opposition « bros soulie gouvernman » pour faire voter ce projet de loi. Le syndicaliste insiste qu’aujourd’hui, ce sont « les citoyens, les membres de la société civile » qui font entendre la voix du peuple.

« Nous pensons que ni le gouvernement, ni l’opposition n’ont le droit moral de siéger au Parlement », déclare Salim Muthy. Il est temps, ajoute-t-il, que « le pouvoir soit rendu au peuple » et pour des élections générales anticipées.

Salim Muthy était accompagné de trois autres sympathisants.