Le fax est arrivé à 12h03, du bureau du président de la République. Mais, fausse alerte. Le document n’est pas celui qu’attendent toutes les rédactions du pays. Au lieu de la communication annonçant la démission de Kailash Purryag, qui devrait intervenir aujourd’hui, c’est une lettre de créances que l’on a reçue. Comme on en reçoit souvent toutes les semaines et qui passe le plus souvent inaperçue.

scan0015