C’est en effectuant une balade sur une des plages sauvages du Sud que le couple Sénèque remarque, ce samedi, une quantité inhabituelle de débris rejetés par la mer. Valises déchiquetées, morceaux de plastique et plusieurs bouteilles d’eau minérale Made in Malaysia tapissent, en effet, une partie de la plage.

C’est ce qui conduit Valérie Sénèque et son mari Christian à inspecter plus attentivement les alentours. Ils y découvrent d’autres bouteilles en plastique fabriquées en Malaisie, des emballages de produits Made in Malaysia, mais également une pochette d’« Emergency Drinking Water » fabriquée en Chine et habituellement utilisée dans des kits de survie. Ils découvrent également un nombre important de bouchons d’une marque d’eau minérale fabriquée en Indonésie mais aussi commercialisée en Malaisie.

Face à cette découverte insolite, les Sénèque s’interrogent sur la provenance de ces débris. Pourraient-ils avoir été à bord du vol MH370 de Malaysia Airlines qui a disparu des radars le 8 mars 2014 ? Valérie Sénèque tente d’en avoir le cœur net en contactant l’un des nombreux groupes à vouloir faire la lumière sur la disparition de ce Boeing 777. Ses questions demeurent sans réponse jusqu’ici.

Mais le couple Sénèque n’abandonne pas, toutefois, l’idée de trouver d’autres pistes. Ils projettent ainsi de se rendre à nouveau dans ce coin tranquille du Sud et de le passer au peigne fin afin d’y découvrir d’autres objets, voire un morceau de carlingue que les vagues, parfois puissantes à cet endroit, auraient pu avoir balayé à terre.

Les recherches pour retrouver les débris du vol MH 370 s’étaient concentrées dans notre zone de l’océan Indien à la suite de la découverte d’un morceau d’aile de l’appareil de Malaysia Airlines, le 29 juillet dernier, à St André à La Réunion. Le gouvernement mauricien avait lors décidé de participer aux recherches grâce à des patrouilles du Dornier autour de l’île.